Nylon Bar

L'apéritif en nylon

Des bas pour un débat onirique

Poster un commentaire

Ah oui tiens, il faudrait que je parle de bas aujourd’hui. Je sais, j’ai un blog où en principe je dois en parler. Mais voilà c’est l’été, peu d’occasions d’admirer cet accessoire sur les jambes de ces si jolies dames. Je pourrais aller faire la revue des blogs voisins et mettre des commentaires avec des yeux en bouton de jarretelle et une langue qui pend sur le clavier de l’ordinateur, mais non je préfère faire travailler mes méninges pour pondre une prose inédite. J’en ai pourtant vu une hier, mais elle avait tellement un jupe à ras des fesses que ce ne pouvait être que des collants. Des collants, beurk! C’est comme si j’avais vu mon propriétaire venir me rappeler avec son sourire de faux-cul, que j’avais oublié de payer le dernier terme. Je suis un puriste voyez-vous, pas tellement pour payer mes termes à la date d’échéance, ça non faut pas exagérer, mais savoir qu’une dame porte des bas, alors je me sens directement concerné au plus haut point.
Mais comment le savoir, là est la question, toute la question. Soit on le sait car on est directement impliqué dans l’intimité de la dame, sa femme qui se fait belle pour vous, remarquez elle est peut être moche, mais si elle met des bas, elle est forcément belle. Soit c’est une maîtresse, qui joue son rôle à la perfection, c’est à dire que vous trouvez chez elle tout ce qu’on ne trouve pas chez sa femme, porter des bas par exemple pour ne citer qu’un cas pris au hasard, tout à fait au hasard. Soit on ne sait rien de la chose et dans ce cas, c’est plus sérieux, il faut savoir.
Les spécialistes de cette chasse un peu particulière ont tous leur trucs et une arme redoutable, leurs yeux. Ils regardent passer les dames, scrutent d’un oeil attentif la partie de cette dame qui se trouve environ entre le sol et 1,20 m au-dessus. On pourrait dire que l’exercice a quatre niveaux de difficultés. Premier cas, très difficile, il faut imaginer, quand rien ne le laisse voir, que la dame est une porteuse de bas. Rien qu’à son allure, son style d’habillement, son air charmeur ou conquérant. Exercice réservé aux professionnels, si l’on peut dire. Deuxième cas, plus facile en comptant sur la chance. Ils observent le dandinement de la dame, la robe peut se soulever et laisser voir une partie de jambe plus sombre, une lisière de bas probablement, signe très positif que la dame n’est pas une de ces encollantées de malheur, dans leur esprit bien sûr, pas dans le mien. Troisième cas encore un peu plus facile, la jupe est fendue très haut, si la couleur est uniforme tout au long de la fente, perdu! Gagné, si ce que l’on aperçoit est identique à la constatation finale précédente. Quatrième et dernier cas le plus facile, la jupe est plutôt serrée et les bosses des jarretelles ou des attaches sont visibles en relief sans que l’on aie besoin de lunettes adaptés à la vision en trois dimensions. Ou encore la dame porte des vrais bas à couture qui se distinguent par des détails précis, les spécialistes connaissent. Il existe encore des solutions, mais beaucoup plus risquées comme demander à la dame ce qu’elle porte en dessous. Statistiquement c’est la baffe assurée dans le 99% des cas, et vous ne saurez pas le fin mot de l’histoire. Il y a aussi d’autres possibilités, mais qui font appel à de l’aide extérieure. Un grand père qui suit une dame en essuyant ses lunettes. Un monsieur qui suit une dame en lisant le journal, incliné à 45 degrés, mais un trou est visible dans son journal, c’est en plus probablement un timide. Un monsieur qui se baisse pour lacer son soulier, alors qu’il n’a pas de lacet. Il faut donc prêter attention si vous voyez cela. Mais ce sont là des techniques bien hasardeuses. Reste encore l’espoir, que la dame aie oublié de mettre une jupe. Mais je crois savoir que c’est extrêmement rare.
Eh bien, maintenant que l’on sait, quelle attitude adopter? Si j’étais dans votre cas, je ne ferais rien. Juste me contenter du spectacle est suffisant. Les trucs du style, vous habitez chez vos parents, sont archi-connus. L’invitation à boire un café, pas très bonne si la dame n’a pas l’habitude de boire du café, cela risque de la rendre nerveuse. J’ose imaginer que nous n’êtes pas un de ces idiots qui lient le port du bas à la femme facile. Liez plutôt cela à l’élégance, cette élégance que vous appréciez, mais que vous n’appliquez pas. Il y a mille raisons pour qu’une femme porte des bas, en général connues d’elle seule, comme il y en a mille pour ne pas en porter. Alors si elle le fait, foutez-lui la paix! Régalez-vous en silence du spectacle qu’elle veut bien vous offrir, consciemment ou pas, c’est son affaire. Imaginez seulement que si à chaque fois elle se fait harceler, le spectacle risque de disparaître à jamais. C’est ça que vous voulez? Moi,non!
Voici deux images qui illustrent mes propos. La première ne révèle rien, on ne sait pas, on ne saura pas. La seconde représente, à peu près, les trois autres cas que j’ai analysés. nylon3-1
nylon3-2

Voilà et dire qu’au début, je ne savais pas quoi écrire. Enfin j’espère, selon la formule consacrée, que vous avez eu autant de plaisir à lire ces lignes, que j’en ai eu à les écrire. Et rappelez-vous Messieurs, on est pas des légionnaires qui rentrent de six mois de biribi. Du tact que diable! Quant à vous Mesdames, qui passez par ici, vous savez maintenant que si par hasard vous me croisez dans la rue vos jambes gainées de bas, vous avez rien à craindre de moi. Pour autant que ma muette et tranquille admiration ne vous fasse pas peur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s