Nylon Bar

L'apéritif en nylon


Poster un commentaire

Des dessous pour un siècle (10)

20 042415 4Début 1939, des nuages sombres envahissent le ciel de l’Europe, on ne veut pas encore croire à la guerre, pourtant tout semble y conduire. Le revendications toujours plus revanchardes d’Hitler font figure de grand bal de diplomates. Petit à petit, il  a grignoté les territoires qu’il considère comme faisant partie d’un espace vital allemand, notamment pour des raisons historiques et linguistiques, du moins c’est le prétexte. Il faut avoir en mémoire que le découpage des territoires à l’issue de l’armistice de 1918 imposé par les alliés a bouleversé ce qui était l’empire germanique d’avant la première guerre. En 1939, il a rattaché à l’Allemagne tout ce qui pouvait historiquement être considéré comme allemand. Pour cela il a utilisé la ruse ainsi que le mensonge et une propagande bien ficelée. Une politique d’alliances avec des pays « frères » comme l’Italie, lui donne une force sur l’échiquier mondial. A l’été 39, il ne peut plus user de prétextes s’il veut agrandir son empire, il doit le faire par la guerre. Ce sera chose faite le 1er septembre en envahissant la Pologne suite à une prétendue agression de sa part, une représentation théâtrale mise en scène par Himmler. Une semaine avant, pour s’assurer de la bienveillance de la Russie et de Staline, il a signé en pacte de non-agression avec en toile de fond un partage de la Pologne une fois celle-ci envahie. Cela fait bien rire quand on sait que le communisme était une des bêtes noires d’Hitler. Mais dans les parties de poker menteur, on ne sait pas toujours lequel ment le plus. En quelques mois, l’Europe est à feu et à sang.

C’est dans ce contexte international que l’avènement de ce fameux nylon voit le jour. Pour l’instant, la demande est tellement forte que le phénomène reste essentiellement américain, on pensera au reste du monde plus tard. Les pays du vieux continent ont d’autres soucis que l’expansion du bas nylon via une production nationale. Il faudra vraiment attendre la fin de la guerre pour qu’il puisse couvrir toutes les jambes européennes. 

20 042415 6

Bien évidemment la mode devra s’adapter aux nécessités de l’époque. Pour l’Europe, c’est une période de disette dès que les pays sont confrontés à l’entrée en guerre. La France ne le fera réellement qu’en mai 1940, précédé par ce que l’on appellera la drôle de guerre. En attendant, la vie est presque à l’insouciance, on peut rêver à ces bas nylons qui n’arrivent pas, seront-ils sans couture ou avec? Si l’essor du bas sans couture est devenu commun dans les années 50, sa fabrication est un vieux serpent de mer. La technique pour les fabriquer existe en réalité depuis près de 60 ans, on pourrait dire en deux temps. Ce sont encore une fois les Américains qui font office de novateurs. Un certain Isaac W. Lamb met au point une machine qui permet de tisser le bas sans passer par l’étape de la couture, mais qui nécessite encore la diminution, rôle essentiel dans la silhouette du bas qui doit épouser la jambe qui n’est absolument pas de largeur égale du haut en bas. Juste après William Shaw, réussit de faire la jonction supplémentaire en créant un métier qui supprime la diminution. On utilise alors cette méthode non pour les bas, mais les chaussettes et ceci pendant des dizaines d’années. Si le bas est exclu de cette fabrication, c’est avant tout pour des raisons pratiques, voire techniques. La soie principale matière du bas se prête assez mal à cette manière de procéder, et puis on peut penser qu’aucune dame n’en fait la demande, c’est bien ainsi. Il est vrai que la couture du bas est incontestablement une mise en valeur de la jambe. Ce ne sont pas mes chères Ambassadrices, Miss Nylon et Miss Eva qui vous diront le contraire. L’apparition de la viscose et du nylon sera un pas décisif vers le bas sans couture, qui devra patienter quelques années avant sa mise au point définitive.

20 042415 7

Le nylon à plus d’un titre fait partie en toile de fond (en nylon) du paysage de la guerre. Dès 1940, on s’embarque dans une guerre presque totale sur le territoire européen. Les USA sont épargnés, la guerre ne fait pas rage sur leur territoire et ce sera le cas pour toute sa durée. Pour l’instant, ils observent ce qui se passe ailleurs. Pour qu’ils bougent, il faudra attendre le 7 décembre 1941 avec l’attaque de Pearl Harbour par les Japonais. Peu de temps après ils entrent, nous dirons de manière officielle, dans le conflit.

Jusque-là les Américaines pouvaient porter des bas, avec ou sans nylon, malgré la difficulté de s’en procurer, tant la demande est forte. Il leur restait la soie et quelques succédanés artificiels. Mais voilà, un des principaux fournisseurs de soie à ce moment là est… le Japon! Le robinet où coulent les fils de soie et fermé à fond. Pire encore, l’entrée en guerre du pays voit la demande en textiles, surtout le nylon, exploser pour nourrir la machine de guerre américaine. Je vous rappelle que le parachute idéal à cette époque est fabriqué en nylon. Cette pauvre citoyenne américaine voit la production détournée au profit de la guerre, et plus encore on lui demande de collaborer en collectant tout ce qui pourrait ressembler à une paire de bas nylons. Pour en trouver une paire, il faut passer par le marché noir ou circulent encore quelques paires d’avant guerre à des prix collectors comme on dit maintenant. Mais, on est pas en Amérique pour rien, un joli trafic fera les beaux jours de petits malins qui passeront quelquefois par la case prison selon la grosseur du délit. Les flingues, eux, sont en vente libre.

20 042415 2

Une autre facétie typiquement américaine verra le jour à travers une chanson crée par le jazzman noir, Fats Waller. Les paroles illustrent parfaitement le mouvement de nostalgie qui fait immédiatement suite à la pénurie de nylon. Son titre, « Quand Refleurira Le Nylon », est presque un hymne à sa gloire. Extrait:

Je serai heureuse quand les bas nylons fleuriront de nouveau
Le coton est monotone pour les hommes
Seule façon de garder la fraîcheur de son affection
Procurez cette maille à votre chair
Je serai heureuse quand les bas nylons fleuriront de nouveau

Gone are the days when I’d answer the bell
Find a salesmen with stockings to sell
Gleam in his eye and measuring tape in his hand
I get the urge to go splurging on hose
Nylons a dozen of those
Now poor or rich we’re enduring instead
Woolens which itch
Rayons that spread
I’ll be happy when the nylons bloom again
Cotton is monotonous to men
Only way to keep affection fresh
Get some mesh for your flesh
I’ll be happy when the nylons bloom again
Ain’t no need to blow no sirens then
When the frozen hosen can appear
Man that means all clear
Working women of the USA and Britain
Humble dowager or lowly debutant
We’ll be happy as puppy or a kitten
Stepping back into their nylons of DuPont
Keep on smiling to the nylons bloom again
And the WACS come back to join their men
In a world that Mr. Wallace planned
Strolling hand in hand

https://www.youtube.com/watch?v=TSBOtEi_f44

20 042415 3

Tout un programme avec des paroles qui résument à merveille les sentiments de ceux qui aiment vraiment le nylon, que ce soit en les portant ou en s’extasiant devant leur vue. Ah mesdames, si vous pensez nous affoler avec des collants… 

Cette vilaine guerre une fois lancée, on pense déjà que ce sera la der des der. En attendant il faut bien la vivre, tant bien que mal. Par opposition à la futilité que peut avoir la mode en temps de paix, elle devient aussi une sorte de combat. Comment être belle sous les bombardements, comment en faire un tas avec presque rien, comment faire rimer dessous avec sous. Ce sera l’objet d’un nouveau chapitre.

20 042415 5

A suivre


Poster un commentaire

Des dessous pour un siècle (9)

27 041115 10

La seconde moitié des année 30 sans en être très consciente se prépare à la guerre. C’est bien sûr l’Allemagne qui est au coeur de son déclenchement. Hitler est au pouvoir, ils transforme peu à peu la société allemande en dictature. Il est suivi par la majorité des Allemands qui lui reconnaissent un tas de bienfaits, il a résorbé en grande parie le chômage, on travaille à nouveau même si c’est surtout pour l’effort de la guerre à venir. On pense bien sûr qu’elle n’aura pas lieu, c’est juste un droit de la nation à assumer sa protection contre l’ennemi. Les joutes oratoires du chancelier allemand tétanisent les foules. Il s’élèvera presque dans les esprits à la hauteur d’un dieu voulant bâtir une Allemagne millénaire et faire de son peuple des demi-dieux. Nous savons que la réalité fut bien différente.

En France, la situation est inverse, le pays ne marche pas au pas, il part en vacances grâce aux congés payés. On aborde la notion de semaine de 40 heures, accompagnées de l’instauration des conventions collectives. Le Front populaire, une alliance des partis de gauche, triomphe de 1936 à 1939. Des années rieuses avant le déluge.

Au niveau vestimentaire, ni l’Allemagne, ni la France, n’apportent des révolutions dans la mode. Les dessous sont toujours dessous, les maillots de bain commencent à se composer de deux pièces, mais c’est encore assez osé de se montrer ainsi, impensable pour une mère de bonne famille. Malgré tout le soutien-gorge se perfectionne, il se décline en différentes tailles de bonnets comme l’alphabet, A, B, C, D, c’est Warner en Amérique qui lança le procédé. A chaque femme de trouver les astuces qui mettront le mieux en valeur sa poitrine, problème terriblement existentiel.

27 041115 7

Ces années auraient pu passer comme le vent si ce n’est que pendant ce laps de temps, on mit au point une grande révolution textile, le nylon. N’en déplaise aux romantiques et fadas de cette matière, c’est purement de la chimie, un dérivé du goudron. Son inventeur, en fait il travaille avec une équipe, Wallace Carothers, n’est pas un philanthrope, mais un chimiste. C’est un 1935 que naît dans les laboratoires américains de Du Pont de Neumours, le premier fil de nylon. Ce résultat est la suite de différences expériences qui sont faites depuis plusieurs années et qui passe par l’invention du caoutchouc synthétique. A l’origine le produit se nomme polyamide 6-6, formule de base et variable qui fait mention du nombre d’atomes de carbone qui entre dans sa composition. Carothers ne profitera aucunement de la gloire qui sera attachée à son invention puisqu’il se suicide en 1937, sans donner de raison. Bien évidemment, on songea très vite à utiliser commercialement cette invention, ce qui se fera en 1938, mais il faudra encore lui donner un nom qui sonne bien et facile à retenir, un atout commercial non négligeable. Imaginez la catastrophe si on l’avait appelé biprectaplyosolplusmere, nylon c’est mieux. A son apparition le nom fut accompagné de quelques plaisanteries sur sa signification, on fit quelques jeux de mots, pas toujours très convenables style Nos Yeux Lorgnent Outrageusement Noémie ou comme ce fut la cas en anglais Now You Lick Old Nipples, (maintenant vous sucez des vieux nichons). Il semblerait que la vérité vraie est l’emploi des initiales des épouses de cinq chimistes qui travaillèrent à l’invention, Nancy, Yvonne, Louella, Olivia et Nina. C’est une marque déposée. 

27 041115 4

27 041115 2

L’inventeur du nylon et l’usine Du Pont de Nemours en 1939

L’avènement du nylon et son triomphe n’est pas sans raisons. De fabrication facile, une fois la formule mise au point, il ne fait pas appel à des matières premières nobles comme la soie, d’où son coût relativement bas. Sa transformation est facile, on peut lui adjoindre de la couleur et lui donner toutes les formes. Sa solidité est presque à toute épreuve tout en étant aisément malléable. Je suppose que vous avec tous vus un film où un bas nylon sert à remorquer une voiture aussi facilement qu’avec une corde. Par contre, couper le fil à angle droit avec une paire de ciseaux est très aisé. Son utilisation est pratiquement universelle, on l’utilise énormément avec ses dérivés dans la fabrication de la lingerie, mais aussi dans des vêtements plus traditionnels comme les blouses. Ses fibres sont peu absorbantes et sèchent vite. L’industrie de loisirs l’utilise également, jouets, fil de pêche, même des pièces mécaniques pour les voitures sont à base de nylon. Un de ses principaux défauts est lié au feu. Il ne brûle pas vraiment, mais fond tout en dégageant un odeur pas très agréable et quelque peu toxique. Le cas échéant cela peut occasionner des brûlures aggravées s’il est porté comme vêtement lors d’une proche exposition à une flamme. Mais d’autres textiles peuvent produire les mêmes effets.

27 041115 1

Quand on invente quelque chose dans un but commercial, la marketing recherche le meilleur moyen pour cibler le marché et voir dans quels secteurs le produit à le plus de chances d’avoir des débouchés, surtout si ses possibilités d’adaptations sont grandes. Il n’en a pas été différemment pour le nylon, produit prometteur. Une des premières applications du nylon fut pour la fabrication de toiles de parachutes. Comme tout le monde ne possède pas un avion et qu’en plus ils ne se tombent pas tous en panne en plein vol, le marché était limité, mais on peut imaginer que l’armée y tenait particulièrement. Mieux fut la brosse à dent, là encore il faut assez peu de nylon pour en faire une, même celles destinées aux grandes gueules, et d’un usage qui s’étale dans le temps. L’idée de remplacer la soie des bas et autres matières par du nylon fut un coup de maître. Potentiellement, on visait la moitié des femmes de la planète multiplié par deux jambes, ce qui fait une perspective de pas mal d’unités à produire, d’autant plus qu’ils ont durée de vie limitée et sont d’un prix de vente plus accessible.

27 041115 8

En 1938, ce ne fut pas un succès, mais un triomphe. Si on frise l’émeute aujourd’hui pour s’acheter une pomme en forme de téléphone, ce fut déjà le cas il y a plus de 70 ans pour le bas nylon. Toutes les femmes, du moins occidentales, voulaient voir ça de plus près et surtout l’essayer. La production suit avec peine, il n’y a pas encore tellement d’usines capables d’en produire, il faut le temps de s’organiser, d’acheter des licences. Le temps, c’est justement ce qui va manquer le plus avant que chaque femme puisse satisfaire sa curiosité, mais cela n’a rien à voir la mode ou la productivité des usines américaines. Il faut traverser l’Atlantique, direction l’Europe, là on a d’autres préoccupations. 

27 041115 3

27 041115 527 041115 6

27 041115 9

27 041115 11

A suivre