Nylon Bar

L'apéritif en nylon


Poster un commentaire

Le Boss à Paris – L’intégrale

Fin janvier, je suis allé à Paris pour diverses raisons. Au jour le jour, j’avais posté des petits articles qui résumaient mes petites aventures côté nylon, celles qui vous intéressent en priorité, j’imagine. Sous un seul et même article, j’ai réunis ces articles en les complétant par une vidéo, et cerise sur la gâteau, quelques souvenirs photographiques de ma rencontre avec Miss Nylon, article initialement publié sur BNMR.

Ach Paris, les bedites vemmes, comme dit dans un film

Arrivé sur le coup de midi avec 25 minutes de retard, merci la SNCF.  2 fois un arrêt en rase campagne, l’un pour une histoire d’aiguillage sûrement plus gelé que le contrôler, diable on est encore le matin, l’autre on sait pas, peut-être un pingouin qui partait en vacances dans le sud.

Bien sûr, la première chose c’est d’aller repérer l’endroit où le Boss va poser sa tête sur l’oreiller pour rêver à de nouvelles aventures où les bas nylons défilent comme à la parade du 14 juillet, devant le général Leboss. Premier point positif, l’endroit retenu est tout à fait charmant, option prise via Airbnb. En fait c’est la propriétaire des lieux qui met à disposition son appartement pour arrondir ses fins de mois. Intéressante personne très cultivée, une ancienne pro des voyages. Son studio est un véritable musée, des centaines de bouquins et d’objets ramenés de ses voyages. Et en plus elle a l’air de s’y connaître en musique, alors…

Aussitôt ma valise déposée, j’ai filé faire mon petit tour dans la ville dans cette ambiance que je connais depuis longtemps, j’y viens depuis 30 ans. De belles dames, aux jambes parfois ennylonnées, mais je n’ai pas aperçu la moindre lisière de bas, faut dire que j’ai pas vraiment cherché, j’essayerai de me rattraper plus tard, et qui sait, vous filer un petit instantané pris sur le vif, mais sans forcer l’indiscrétion, c’est pas mon genre.

Voilà pour ce premier billet parisien, tiens c’est la première fois que j’en fait un sur place,alors à bientôt pour de nouvelles aventures.

PS

Même le Boss bien parisien n’a pas la cervelle qui tourne au ralenti, quelques petites constatations made in Paris

Je crois bien que l’accordéon rend aveugle, j’en vu plusieurs aveugles en jouer

Les jeunes à Paris sont à l’évidence très fatigues et les vieux très alertes. Scène plusieurs fois constatée dans le métro où les jeunes sont assis et les vieux debout.

A Paris il y a deux catégories de fumeurs, ceux qui ont du feu et pas de cigarettes, ceux qui ont des cigarettes et pas de feu

En attendant,…

Ce qui j’ai vu…

tumblr_n02zkr1ydu1reu4kmo1_400. tumblr_n05z4fx7et1qg7p1ko1_500

Et ce que j’aurais voulu voir…

tumblr_muko0wRGML1rde8c1o1_500

tumblr_mviy5aIDCK1qij4o1o1_1280

Alors aujourd’hui après une grasse matinée bien méritée, je me suis enfin levé pour passer à table dans un bistrot de quartier. Au menu une salade aux lardons, j’adore ça, suivie d’un filet à l’échalotte. On est bien dans la cuisine française populaire, ce qui n’est pas pour me déplaire. Cet après-midi, j’ai décidé d’aller faire les bouquinistes sur les berges de la Seine. Ce gens admirables. qui vous vendent dix fois plus cher ce que l’on arrive pas à vendre aux puces dix fois moins cher, sont quand même pour la plupart bien sympathiques. Reconnaissons quand même qu’il y en a parmi eux qui sont de véritables connaisseurs et qui vous proposent d’authentiques raretés. Je n’ai pas trouvé mon bonheur mais tant pis, je me suis bien promené et je dois avoir fait au moins une dizaine de mètres au kilo, ceux-là tout à fait gratuits. Je suis remonté en direction de la rue Saint-Denis, la rue qui me replonge toujours dans les barricades des Misérables de Victor Hugo, qui est peut-être mon histoire préférée. Je revois toujours le film dans la version avec Jean Gabin, celle que je préfère pour les acteurs qui tiennent l’affiche. Blier en infect Javert, Bourvil dans l’un de ses grands méchants rôles, sans oublier la belle Sylvia Monfort, la rousse incendiaire  et une grande actrice. Je passe sur Reggiani, Esposito, Delorme et quelques autres…

La chasse au nylon ne fut pas des plus fructueuses, mais un peu mieux qu’hier. Une paire d’auto-fixants sur le Pont des Arts, mais oui celui avec les cadenas. Une lisière de bas sur une Orientale, une authentique vision de jarretelle, mais bon c’était sur une prostituée rue Saint-Denis, alors ça compte pas. J’ai quand même vu une nana habillée année 50 avec des bas à coutures et hauts talons vers le Forum des Halles. Bémol, elle le faisait avec autant d’aisance qu’un éléphant qui dansait le sirtaki. C’en était presque ridicule. J’en connais d’autres qui font ça tout naturellement.

Le Boss a toujours les méninges qui travaillent alors constations du jour…

Il me semble que la politesse des gens dans la rue s’est bien améliorée, malgré ce que l’on veut bien en dire. Depuis 30 ans que je connais Paris, je me souviens des premières fois où le touriste comptait pour du menu fretin. Des excusez quand on vous bouscule involontairement, même de la part des jeunes, des au-revoir et merci quand vous quittez un restaurant, il y en a. Même qu’une hôtesse des Galeries Lafayette, m’a salué quand je quittais les lieux.

Par contre la RATP, ça va moins bien. Au Châtelet, bien qu’ayant un ticket de métro tout à fait valable, le portail ne fonctionnait pas. Je n’étais pas le seul à pester. Enfin un qui s’ouvre. Arrivé au beau milieu, le voilà qui se referme brusquement me coinçant comme un con entre les deux montants. Heureusement que j’avais pas le cou tendu en avant, sinon couic! J’ignorais que la guillotine avait été réintroduite pour les touristes, le pire sans jugement. Heureusement un mec derrière m’a dépanné en mettant son ticket et en passant rapide comme l’éclair avant qu’il se referme. Merci ami inconnu.

Je viens de mettre le nez à la fenêtre, m… il pleut.et le vent souffle.Bien au chaud dans mon petit coin je bouge pas!

dimin

Les fameux auto-fixants sur le Pont des Arts. Heureusement mon appareil avec optique Leica est très bon,clquez vous verrez en grand, pas mal non? Cette photo a été prise à environ 5 mètres. Enfer et damnation ce bas est filé, mais c’est un des avantages du bas, il n’est pas nécessaire de changer le tout 50% suffisent. Madame, si vous vous reconnaissez, je vous offre une paire complète. Attention quand même, je sais à certains détails détails avec qui vous étiez. Je ne veux pas recevoir 147 mails  disant que c’est moi.

dimin2

Celle-là c’est pas moi qui l’ai prise, mais elle est bien sympathique. Prise il y a sans doute longtemps par un amoureux des bas, peut-être mon grand-père.

dimin3

J’ai toujours adoré cette maison, pas gêné par le voisin d’à coté

Et bien sûr, ce que je n’ai pas vu et que….

Sans titre 3

Sans titre 5

Après un concert samedi soir,  je poursuis mes petites pérégrinations dans la belle ville de Paris, enfin c’est pas mal, n’exagérons rien non plus.

Aujourd’hui je suis parti muni de mon appareil de photos que l’on pourrait surnommer l’indiscret. Pour chasser de belles jambes et si possible des bas, il faut évidemment sortir des petites rues désertes. Alors j’ai choisi la Tour Eiffel, cet endroit bien connu des touristes. Pas mal de monde, de toutes les couleurs, viennent admirer ce tas ferraille, plus ou moins agencé artistiquement, rêve de Mr Eiffel qui voulait jouer au meccano, pour rattraper celui que ses parents ne lui avait pas offert à Noël.

Tout en poussant des oh et des ah, chacun contemple l’édifice et sort son appareil de photo. Le Boss a sorti le sien, mais il recherche des autres monuments à immortaliser, rien à voir avec la mécanique terrestre qui grimpe à l’assaut du ciel. Pour passer inaperçu dans ce genre d’endroit, il faut photographier comme n’importe quel cornichon. J’ai l’appareil à la main, mais peu de gens s’imaginent que le zoom qui l’équipe permet de lire la marque d’une montre à quelques mètres. De plus, il a un viseur amovible, ce qui permet de photographier sans le mettre à portée d’oeil.

Cela commence par un joli coup de porreau, une des premières dames que je suis par hasard porte de bas, c’est visible par les petites bosses qui marquent sa jupe quand le tissu est tendu au bon endroit. C’est surement de la jarretelle standard à bon marché, mais le fait est qu’elle en porte… jarretelles ha ha ha! Le fait sera confirmé qu’elle porte bien des bas quand elle escaladera un mur pour se faire photographier par son copain. Toutes les photos qui suivent sont prises à une distance de 7-10 mètres.

te1

Voici la demoiselle en question, elle porte bien des bas, mais c’est pas très visible

te2

Le même, mais regardez bien à droite

te3

Là vous voyez mieux maintenant?

Pour s’amuser quelques photos de jambes prises au hasard, des collants très certainement, mais il montre les possibilités de l’appareil avant de voir le cas intéressant suivant.

te4

On est à la Tour Eiffel, rappel pour ceux qui croiraient être à Notre Dame

ate1

Vous remarquerez qu’elle a un grain de beauté à droite sur la jambe gauche

ate2

Quand j’ai pris la photo, je ne voyais même pas les motifs du collant

ate3

Un chien qui fait ça, on pense qu’il va faire pipi, la dame je sais pas

ate4

Spécial pour les fétichistes hauts talons, même photo mais agrandie

ate5

Première photo avec zoom moyen

ate6

Même sujet plus zoomé, c’est plus pâle, mais on voit très bien les détails

Venons en au deuxième cas intéressant, une jeune fille avec son copain, des slaves probablement. Elle a profité de l’air de Paris pour se mettre aux bas à coutures. j’hésitais entre bas et collants quand elle s’est assise sur le mur. A partir de là, cela devenait un peu plus visible. Sûrement des bas attachés très hauts, en rapport avec la longueur de la jupe. Je n’ai pas pu prendre de photo qui le montre, mais par contre les coutures, alors là, une bien belle prise.

ate7

ate8

Petit détail amusant, pourquoi j’appelle mon appareil l’indiscret, en agrandissant la photo, on remarque l’ombre de la couture sur la jambe, le soleil était derrière à gauche. Il en loupe pas une.

Voilà, tout ceci est le spectacle de la rue, vu avec un autre regard. J’ai fixé sur les photos ce que mes yeux ont vu ou les vôtres auraient pu voir. En matière de voyeurisme, je n’aime pas forcer le destin, mais si on veut bien m’offrir ceci ou cela sur un plateau, alors j’en profite.

Le fait du jour

En matière de voyeurisme je ne suis pas le seul. En début de soirée sur les Champs, je suis allé faire quelques achats. Là on trouve tout ouvert ou presque. Je peux dire que j’ai voyeuré un voyeur en quelque sorte. Deux dames BCBG, sortent d’une boutique alors que j’étais arrêté en train de fumer une cigarette. L’une d’elles a visiblement ce qui doit être une lisière de bas qui dépasse de sa robe, une seule, ce qui peut effectivement faire penser à des bas. Très honnêtement, elle n’avait pas un physique affolant, des jambes quelconques. Je n’ai pas même pas envisagé de la suivre. Je roulais un peu sur les jantes, la jauge du réservoir clignotait, la boîte à vitesses grinçait. Mais voilà un mec, un Arabe dans la quarantaine, qui fixait intensément les jambes de la dame, se met à suivre et… moi aussi. Pendant une bonne dizaines de minutes, il a calqué ses pas sur celui des dames, faisant semblant de s’intéresser à des articles pour bébés, des souvenirs en plastique véritable, ne manquait plus qu’un étalage de charcutier. Dès que possible, il revenait sur le sujet qui le préoccupait réellement, la lisière de bas. Finalement, il est reparti quand les dames sont entrées dans un immeuble ou visiblement, il n’avait rien à y faire. A mon avis, c’était un amateur, plutôt un zmateur, car je sais très bien que dans ce genre de cas, on est sûr de rien, le spectacle est rikiki et le reste aussi. Amusant quand même.

Un des points les plus plaisants de mon séjour fut mon déjeuner avec Miss Nylon. On se connaît depuis pas mal de temps, mais cette fois-ci, il me fallait concrétiser sa collaboration avec moi pour les projets futurs que nous réaliserons en collaboration. Venue avec son photographe, un pote lui-aussi et qui a l’oeil à la bonne place derrière le viseur, nous avons tiré quelques plans sur la comète, une comète qui promet d’être bien brillante. Et bien sûr, je ne pouvais que lui demander d’être une ambassadrice de mes blogs, titre amplement mérité car de toutes les adeptes que je connais, c’est bien elle qui affiche  le bas nylon comme une seconde peau.

Nous avons improvisé une petite séance photo pour mes visiteurs. Nous vous en offrons quelques clichés.

22 - 022214-3

Eh oui, à paris en vélo, en moto, vous dépasserez peut-être Miss Nylon!

22 - 022214-4

Des bas en moto, à cette saison, c’est bien Miss Nylon, aucun doute!

22 - 022214-6

Dans le métier de Boss, il y a des instants charmants!

22 - 022214-5

 

Un petit jeu maintenant qui pourrait s’appeler « vous reconnaissez-vous? ». J’ai surpris ce couple dans une rue de Paris. Madame portait visiblement des bas à coutures. Dégainant mon téléphone, muni plutôt d’une bonne caméra, j’ai fait un petit film, encore le spectacle de la rue. Le monde étant petit, il se pourrait que ce couple se reconnaisse, même qu’ils fassent partie de mes visiteurs.  Alors si c’est le cas, eh bien qu’ils s’annoncent, il pourrait y avoir une surprise à la clef. Bien c’est facile à première vue, n’importe qui peut s’annoncer. Eh bien non, il faudra qu’ils me précisent dans quel arrondissement ils se promenaient, la rue, et dans quel genre de magasins ils sont entrés. Je ne sais pas s’il y aura des gagnants, mais on peut toujours essayer. Bien sûr les visages ne sont pas visibles, sinon je n’aurais pas mis ce petit bout de film en ligne.

 

 

 


3 Commentaires

Nylon paparazzi (13)

Laquelle porte encore des bas ou déjà des collants?

Nous avons vu dans le précédent article de la même rubrique quelques indications de ce qui se faisait en matière de prix à travers des publicités d’époque parues dans les journaux à grande diffusion. Aujourd’hui nous allons faire le même exercice en nous concentrant sur une année précise, 1965. Si j’ai choisi cette année là, c’est qu’elle marque un tournant dans la mode, la mini-jupe devient un phénomène de société. Pour nous amateurs de belles jambes avec des bas, c’est le commencement du chant du cygne, le collant qui n’est pas une invention nouvelle et qui existe depuis longtemps, va se substituer aux bas. Pour que la mini-jupe devienne une parure courante, il s’en faut encore d’un bout, une année ou deux. La mode vient bien évidemment d’Angleterre, Carnaby Street n’est qu’une petite rue de Londres, mais elle est alors plus célèbre que les Champs-Elysées ou la Tour Eiffel. Le phénomène sera d’abord limité aux seules Anglaises qui osent aborder la vie quotidienne en exposant ce qui était encore pudique de ne pas montrer. La révolution sera d’autant plus acceptée car il ne faut pas oublier que l’on porte encore des uniformes dans les écoles anglaises. En France, le phénomène de la jupe courte suit avec un écart de quelques mois, notamment popularisé par Courrèges dont on attribue quelquefois à tort la paternité. Si toutes les jeunes filles de France n’exhibent pas de suite une mini-jupe, c’est encore une fois la faute aux parents si l’on peut dire. Ils ne voient pas tous d’un bon oeil cette petite démonstration jugée impudique. C’est d’abord dans les villes qu’elle s’épanouit, on s’expose plus aux commentaires dans les campagnes où tout le monde connaît tout le monde. Ce n’est vraiment qu’à la fin des années 60 que les dernières barrières sont franchies. A chaque mini-jupe son collant, c’est ainsi que l’on peut résumer la chose. Je me souviens très bien qu’au début 1969, quelques unes de mes copines d’école portaient encore des bas, avec une jupe à la sage longueur.

Comme nous allons le voir dans les illustrations, les publicités de 1965 ne parlent que de bas, jamais de collants. Bien que le bas à couture existe toujours, même encore porté fréquemment, il n’est pas mentionné dans les pubs. Les premiers articles parlant de la mini-jupe sont eux de 1966, je ne trouve aucune allusion avant, silence radio.

Vers Noël 1965

Ci-dessous un article généraliste qui parle de bas. On notera un point intéressant, l’industrie qui sent le vent venir, propose des articles nettement plus fantaisistes que le traditionnel bas couleur chair plus ou moins foncé, ou noirs pour les deuils presque une obligation. On peut clique sur les photos pour les agrandir.

Ci-dessous, remarquez les motifs du bas. Pour la petite histoire, j’ai acheté presque une vingtaine d’années après des bas quasiment identiques, quand ils commençaient à s’afficher à nouveau dans les ayons des grands magasins. Et ceci pour un prix pratiquement inchangé.

La publicité pour les bas n’exclut pas un certain humour.

Et voici les mini-jupes…

Saviez-vous que les mini-jupes représentaient un grand danger? Françoise Hardy n’a pas l’air de cet avis…

La bon temps déjà!


Poster un commentaire

Nylon paparazzi (11)

Pour comprendre l’histoire, on peut se référer aux livres, c’est une bonne méthode. Consulter les journaux d’une époque est encore plus riche d’enseignements. Si Max Gallo vous affirme que le prix d’un café au bistrot en 1900 était de 1 franc, vous serez bien obligé de le croire. Dans son cas, je crois qu’il s’agit d’un explorateur de l’histoire auquel on peut faire confiance. Mais ce n’est pas toujours le cas, il peut y avoir de la part d’un historien un manque de rigueur. En consultant les journaux, on peut tirer des renseignements précis, mais ils ne sont qu’une parcelle de l’histoire ou des événements qui se produisent à un moment donné. Si le prix du kilo de café dans une publicité est affiché à la vente à 10 frs, on est sûr de son fait. Il se vendait bien à ce prix là. Contrairement à l’historien, ce prix ne vous dira pas que juste à ce moment là, le café était une denrée rare suite à une récolte désastreuse. L’historien, lui, pourra vous l’expliquer et le souligner. Le journal a ceci de plaisant que vous vous plongez dans une journée du monde en lisant ce qui s’est produit la veille ou juste avant. On y tâte une ambiance, le reflet d’un époque. C’est très intéressant de voir comme le monde était vu des dizaine d’années en arrière. On se plaint toujours que la vie est chère, mais en y regardant de plus près, on constate que ce n’est pas toujours vrai. Savez-vous par exemple, qu’une boite d’ananas coûte aujourd’hui environ la moitié du prix qu’elle coûtait en 1920. Non seulement elle coûte moins, mais on gagne dix fois plus en salaire moyen aujourd’hui. Quand j’étais jeune, là ou j’habite, une voiture de petite cylindrée s’achetait avec le salaire d’une année, maintenant on peut se l’offrir avec deux ou trois mois de salaire. Une télévision en couleurs, c’est dix fois moins cher qu’il y a un peu plus de 40 ans. Alors vous voyez, tout n’est pas si cher que cela.

Ce petit laïus était juste pour vous inviter à une petite exploration à travers quelques publicités concernant une chose qui nous intéresse vachement plus, la lingerie. Je suis remonté aussi loin  que possible dans l’exploration d’annonces concernant le sujet. J’ai seulement sélectionné celles qui nous montraient au moins une illustration. Première constatation, elles sont très rares avant la première guerre mondiale, quasiment inexistantes avec images. Quand elles apparaissent ce sont des dessins, jamais de photos. Pour les photos, il fallait aller dans des trucs beaucoup plus coquins. Elles ont malgré tout la saveur de jadis, je crois que bien des messieurs s’attardaient en rêvant sur ces atours qui ne s’exposaient à leur vue que d’une manière abstraite. Dans une première série nous allons nous attarder sur 1921, c’est là que j’en ai trouvé. Pour comparaison, sachez qu’une chambre avec pension se négociait aux environs de 150 francs le mois dans les annonces de ce même journal. Vous comprendrez assez vite que se faire belle, n’était pas forcément à la portée de toutes les bourses, sans jeu de mots. Votre porte-jarretelles aujourd’hui, mesdames, pour un article début de gamme, ne vous coûtera pas bien plus cher qu’une pizza! Les photos sont cliquables pour mieux voir les détails.

Sautons une quarantaine d’années, cette année là un repas standard au restaurant coûtait environ 3 francs. On voit tout de suite une différence dans la présentation, c’est un peu plus suggestif. On est pas encore dans la photo érotique de boulevard, mais on commence à montrer des visages et la présentation se veut plus femme libérée. Eh oui, on est obligé de porter des bas. Il n’y a rien d’autre à se mettre sur la jambe, mais on peut le faire avec un minimum de fantaisie ou de confort. En dessous, deux chroniques avec des conseils adressés directement aux dames.  Un chat est un chat et une jarretelle, une jarretelle. Quelle époque bénie!!!


Poster un commentaire

Nylon paparazzi (9)

Ruée vers la gaine

Je suis retourné dans le fameux magasin ou j’avais aperçu une reproduction de gaines à l’ancienne samedi passé. Comme je sais que l’on ma posé la question de savoir comment la chose se vendait, alors j’y suis retourné. Petite précision pour bien comprendre la suite, l’article était présenté sur une table dédiée avec soutien-gorge et petite culotte assortie. Autant pour mon plaisir que pour étonnement, la pile de gaines, une dizaine environ, avait disparue. Par contre les autres accessoires étaient toujours présents. Je me suis quand même promené dans le rayon pour voir si par hasard elles avaient été déplacées, pourquoi ne l’auraient-ils pas fait pour le reste, eh bien non il n’y avait plus rien. Questionnant une étalagiste qui se promenait par là, que je connais de vue et sous un prétexte d’achat, elle m’a confirmé le fait que cela avait été vendu, l’article n’ayant ni été déplacé, ni retiré de la vente. A la question de savoir si cela allait revenir, elle n’a su me répondre, n’ayant aucune information et le personnel se contentant de mettre en rayon la marchandise. A la limite, je regrette de ne pas en avoir acheté une la semaine passée, pas pour moi bien sûr, mais on pourrait faire un petit concours à l’occasion en mettant ce genre de choses comme prix. Une fois l’étonnement passé, on peut se permettre une petite analyse. Même si certaines personnes ne veulent pas l’admettre  ouvertement, il me semble quand même qu’il y a un net attrait, c’est tendance comme dirait certains, pour la lingerie au goût rétro. Cette gaine aperçue était une assez parfaite illustration de cette tendance. Quelque chose de très simple, sans fioritures, exactement comme c’était le cas il y a 50 ans, un objet fonctionnel. Je soupçonne aussi que certaines dames sont attirées suites à des expériences passées un peu malheureuses. Le porte-jarretelles décoration n’est pas pratique, ni très confortable, et le pire, pas très fiable au niveau du maintien parfait des bas. Cette gaine, par contre, semble plus digne de confiance.  Sa large bande de tissu, enserrant la taille, évite les glissements et permet d’exaucer le rêve de bien des hommes, qu’une femme porte des bas. Affaire à suivre, je vais surveiller le rayon au cas où. Un bon paparazzi doit suivre ses enquêtes.

Madame se fait coquine

Vraiment je dois avoir un don pour les attirer, j’en suis toujours étonné. Même magasin un peu plus tard. J’ai quitté le rayon lingerie pour me rendre pas très loin, au rayon maroquinerie. J’ai un trou dans le crapaud, dans l’argot de chez moi cela peut s’employer pour désigner un porte-monnaie. Oui je sais, en général l’argent file tellement vite que l’on croit souvent qu’il y a un trou. Mais il est surtout virtuel. Pour cette fois il est réel, pfout, pas moyen d’arriver jusqu’à l’église le dimanche.  Toute la monnaie a filé, un vrai petit Poucet, alors je suis obligé de donner des chèques ou des gros billets pour la quête, je suis gêné d’étaler ainsi ma fortune. Enfin c’est qui arriverait si j’y allais. Donc je suis en train de rechercher l’article qui m’évitera de perdre mon bel argent si durement gagné. Les articles sont beaux, mais les prix un peu exorbitants, tellement que quand on en a acheté un, il ne reste plus rien pour mettre dedans, ou presque. Pendant que je maudis silencieusement les maroquiniers, une dame qui tournicotait dans le rayon vient se placer à ma droite à exactement 1,47 mètres de moi. Une blonde, probablement fausse, mais ses rides qui pointent sont authentiques. Elle dégage malgré tout encore un certain charme, quelques restes de jours où elle devait faire fondre les boutons de braguette avec le sourire. Mais elle doit avoir encore du répondant ou du moins des espérances, car la coquine tient dans sa main gauche… un porte jarretelles. Un article soldé, je le vois à l’étiquette, mais un porte-jarretelles quand même. Noir avec de la dentelle grise, c’est tout à fait charmant. Par contre elle n’a pas joint une paire de bas à ses emplettes, elle doit avoir ce qu’il faut à la maison, pas un débutante. En portait-elle  cet après-midi? Je ne saurais le dire, mais probable que plus tard ce serait le cas. Je vous ai fait une petite (mauvaise) photo de la personne, cela vous donnera un petite idée. Le monde étant petit, peut-être est-elle une de mes visiteuses? Si elle se reconnaît, je l’invite d’ores et déjà à prendre un verre, en tout bien tout honneur. Le sujet de conversation est tout trouvé. Est-elle contente de son achat? Pure enquête de paparazzi…

Portez-vous des brosses à dents en nylon?

La magazine « Ca M’intéresse » consacre un numéro hors-série aux inventions qui ont changé notre vie. Depuis la roue, on a fait pas mal de progrès, en passant le vase de nuit et la bombe  atomique.  Dans les année 50, les bas Chesterfield,  se posaient la question essentielle de savoir si on pouvait se nettoyer les dents avec un bas. Pour sûr, évidemment pas très pratique, mais l’argument était surtout publicitaire, pour mettre en évidence la solidité de leurs bas. L’article dans le magazine détourne en fait cet argument pour rappeler un peu d’histoire et retracer l’historique du nettoyage des dents. C’est là que l’on redécouvre que la première utilisation du nylon était réservé à la confection de brosses à dents, le bas ne venant qu’un peu plus tard. A part ça le magazine fourmille de rappels sur ces inventions qui changèrent la face du monde. Tout ceci me fait penser à l’histoire du mec surpris pas sa femme en tenue sexy: « mais chérie ce n’est pas ce que tu crois, je voulais me nettoyer les dents et j’ai glissé! »

Elvis Presley n’aime pas trop le gaines

Sur une photo de Elvis datant de 1956, on le voit  en train de lutiner avec une demoiselle qui est restée pendant longtemps un mystère. Ni son nom, ni qui elle était, ne fut de notoriété publique. Finalement elle se fit connaître récemment auprès du photographe, Alfred Wertheimer, qui a pris l’image à l’époque. Il s’agit d’une certaine Barbara Gray, âgée de 75 ans maintenant. Il semblerait que le King au cours de sa séance de drague lui révéla un peu ses goûts en matière de dessous féminins. Il n’aimait pas trop les gaines, ce qui nous laisse sous-entendre qu’il préférait nettement les porte-jarretelles. Encore une fois, il faut souligner que les jarretelles, passage obligatoire pour tenir ses bas, fixées sur une gaine était la version sage, tandis que son rival moins enveloppant, se révélait plus coquin. Un beau sujet de rédaction dans les années 50. Sachant que la gaine descend parfois très bas sur les hanches et que le porte-jarretelles s’arrête plus volontiers à hauteur de nombril, dites-nous pourquoi les hommes préfèrent le second.

Des bas d’une autre manière

Pour terminer voici une petite vidéo tournée il y a bien longtemps. Dans les années 50, tourner quelque chose d’osé suffisait à vous emmener au taule. Cela n’empêchait pas quelques coquins de s’essayer à filmer des dames un peu plus légèrement vêtues. Cela s’arrêtait souvent à un strip-tease où les robes s’enlevaient avec un certain plaisir pour montrer quelques dessous. Evidemment il ne suffisait pas de sortir sa caméra et de filmer. C’était un art beaucoup plus difficile avec le matériel à disposition, lumière, pellicule, développement, montage, il fallait du travail. Le tout circulait sous le manteau et n’était pas exposé en magasin. Remercions ces pionniers qui nous laissent aujourd’hui ce témoignages charmants. En passant vous remarquerez que la manière de tenir ses bas est assez différente de celle que l’on peut observer aujourd’hui. La lisière était souvent beaucoup plus basse, presque au genou. Certes les bas n’étaient pas extensibles et sûrement plus courts que maintenant. Enfin le spectacle reste charmant…


Poster un commentaire

Nylon paparazzi (7)

Qu’étaient nos bas adorés aux temps anciens, comment en parlait-on? Pour le savoir, il est nécessaire d’aller fouiller dans les archives des différentes époques où par la grâce des journaux ou des livres, on peut se faire une idée plus précise du sujet. Plus que maintenant, le bas était un objet de consommation courante. La vraie différence, c’est que le bas seul n’était rien, il lui fallait des accessoires pour qu’il tienne en place. Il représentait certainement un côté coquin moins érotique que maintenant. On ne choisissait pas entre un bas et un collant, la première possibilité était la seule possible, ou alors se promener les jambes nues, ce qui était franchement indécent dans les moeurs anciennes. Précisons toutefois que les jupes étaient aussi beaucoup plus longues, faisant presque office de balai. Apercevoir une cheville au temps des rois de France était une jolie vision qui ne manquait pas de réjouir les amateurs de sensations coquines. Ce n’est qu’au tournant du 20ème siècle que les robes ont peu à peu diminué de longueur, donc il fallait cacher ce nu que l’on ne savait voir. Distinguons aussi la femme bourgeoise de celle de milieux plus modestes, cette dernière portant des vêtements par forcément à la mode, mais destinés à durer.

Une publicité de janvier 1934 nous renseigne sur la lingerie portée cette année-là. Disons-le tout de suite, elle s’adresse à une clientèle au minimum de condition moyenne. A titre de comparaison, un vélo coûtait environ 150 francs de l’époque. Certains articles de la vente avoisinent de moitié ce prix-là, donc ils font partie de la lingerie plutôt luxueuse.

25 janvier 1934
Jeudi, à LA GRANDE MAISON DE BLANC!, place de l’Opéra, journée spéciale de lingerie pour dames. Chemise nansouk jours et polo brodée 19.50; la culotte, 19,75; chemise nansouk rosé jours fin et broderie, 29 fr; la culotte 28 fr; parure soie et dentelle, la chemise, 29 fr; combinaison jupon soie point turc, 87 fr; culotte bord côtes 29 fr; porte-jarretelles satin, 9,75; douillette pompadour soie naturelle, 145 fr; exceptionnel mouchoirs linon vignettes pour dames, 17,50 la douzaine; pour hommes. 27fr la douzaine.

Un fait divers tragique d’octobre 1907, traité dans « Le Petit Parisien » est éloquent sur le respect de la vie privée. Lisez l’histoire, reproduite en entier pour la bonne compréhension, vous ne manquerez pas d’être étonnés sur la manière dont les enquêteurs étalent l’intimité de la victime. Imaginez mesdames, qu’aujourd’hui on cite le contenu de votre valise de lingerie en guise d’indices pour retrouver votre identité. Il donne aussi une idée de la composition d’une garde-robe en ces temps reculés.


La rue des Comédiens, à Bruxelles, a été le théâtre d’un affreux suicide. Une dame correctement vêtue, ayant l’accent parisien très prononcé, se présentait, il y a quelques jours, dans une pension bourgeoise de la rue des Comédiens et y louait une chambre pour une semaine. Elle déclara arriver de Paris, qu’elle était couturière et qu’elle était venue ici pour y trouver de l’occupation. Cependant, elle attira bientôt l’attention de tous les autres pensionnaires par ses allures. Elle paraissait en proie à un très grand chagrin et ses joues portaient encore les traces de larmes. C’est à peine si elle touchait aux aliments qu’on lui servait. Elle se faisait d’ailleurs monter ses repas au deuxième étage, qu’elle occupait. Or, hier,l’inconnue s’est précipitée par la fenêtre et est allée se briser le crâne sur les dalles du trottoir.
L’identité de la malheureuse n’a pu être encore établie, car on n’a trouvé sur elle aucun papier. De plus, afin de dépister les recherches, elle avait pris soin d’enlever la coiffe de son chapeau. Son cadavre sera photographié demain. Voici, en attendant qu’on ait pu l’identifier, le signalement officiel de la désespérée et aussi quelques renseignements de nature à aider les recherches.
Agée de 30 à 40 ans, taille 1 m. 60, cheveux noirs, yeux bruns, nez gros, bouche assez grande; oreilles ordinaires, corpulence moyenne. Vêtue d’une chemise et d’un pantalon de toile blanche non marqués, bas noirs, jarretelles rouges, jupon de dessous en flanelle rouge, jupon en brocart de soie noire avec dentelles noires, corsage en flanelle blanche pointillée rouge.
Dans sa chambre, parmi du linge non marqué on a trouvé un mouchoir marqué M au fil blanc, un mouchoir fantaisie marqué D au fil rouge un jupon gris fer à rayures obliques, un petit paletot, un manteau d’astrakan avec doublure en soie à Heurs couleur rouge passée, un corset noir, une fourrure tour de cou en marire, une paire de bottines en chevreau glacé avec bouts vernis et une pièce sur l’une des semelles, un pantalon de toile blanche marque au coton rouge des lettres V D, lettres mal faites. On a également découvert la somme de 1088 francs, plus 95 centimes en monnaie

Foyer Domestique, 1905, conseil gestion ménagère

Le corset

On vous a parlé du corset et vous vous demandez qui a raison, s’il faut porter un corset ou s’il n’en faut pas porter. Réfléchissez, raisonnez et vous arriverez sans doute h, une solution satisfaisante. Lorsque vous travaillez sérieusement, que vous frottez le plancher ou les meubles, le corset vous gêne-t-il? Oui, par conséquent n’en mettez pas. Mais lorsque vous allez vous promener, ou que vous voulez visiter quelqu’un, la besogne que vous faites est peu fatigante, rien ne vous empêchera alors de mettre un corset; je dirai plus, en mettant un corset peu baleiné et peu serré, les femmes un peu fortes paraissent toujours plus propres et surtout plus ordonnées. En agissant avec notre bon sens, en ne travestissant pas les indications que nous donne la nature, il est rare que nous n’arrivions pas à nous diriger sûrement.

Les jarretelles

Que vaut-il mieux employer pour retenir nos bas : des jarretières ou des jarretelles! Déjà vous avez répondu, n’est-ce pas? Pour que les jarretières retiennent bien le bas il faut qu’elles soient assez serrées et par conséquent elles peuvent causer une gêne circulatoire; nous donnerons donc la préférence aux jarretelles.

Félicien Champsaur (1858 -1934)

Un écrivain passablement retourné à l’obscurité. Il aborda un peu tous les genres littéraires. Avant tout un observateur de la vie artistique parisienne, il fut un précurseur de l’écriture moderne. Il laisse d’innombrables écrits. Voici un extrait d’un écrit paru en 1926.

Nuit de fête 1926.

Dans un coin du hall, une péripatéticienne s’asseyait un instant, et, pour aguicher un monsieur en habit noir qui la regardait impassible, levait rapidement sa jupe en corolle au-dessus de ses mollets élégants, deux fripons pistils, comme pour arranger une jarretière.

Le monsieur en habit noir:

– Vous portez encore des jarretières ? J’ai du goût pour ces attaches de ma grand-mère.

– Je n’aime pas les jarretelles ça tire et déchire les bas.

– Tu es économe et jolie. Alors, je vais t’épouser.

Vous pourriez tomber plus mal, monsieur. Je connais une princesse qui aime les bas très longs et ne porte ni jarretelles ni jarretières.
– Comment fait-elle tenir ses bas ?

– Avec des épingles à cheveux.

Le monteur en habit noir ajouta

– Au nid soit qui mâle y pense.

Puis il se perdit dans la cohue bariolée.

Comme vous le remarquerez dans les deux derniers textes les avis sont à l’opposé. Le premier est une évaluation qui peut se comparer à un avis de consommateur d’aujourd’hui. Mais le texte de Champsaur n’est probablement pas sorti de complètement de son imaginaire. La conversation a peut-être eu lieu réellement. Si l’on tient compte qu’il y a 20 ans entre les deux articles, on peut imaginer combien l’évolution entre le passage de la jarretière à la jarretelle a été long. Une sorte de guerre en dentelles, chacune défendant son camp. L’histoire de la princesse qui tenait ses bas avec des épingles à cheveux, m’a fait ressurgir un souvenir d’adolescence que je vais profiter de vous narrer en quelques mots.

Une pub de 1965 dans un journal anglais. Une gaine, article entre très porté à l’époque pas forcément par les grands-mères.


2 Commentaires

Nylon paparazzi (5)

L’histoire suivante comme la reporte le « Edmonton Journal » en 1946 est digne de la série noire. C’est une ville qui a la réputation d’être paisible, dans une région du  Canada prospère et fertile. Un chauffeur de camion américain avait fait une halte dans la cité pour se restaurer et souffler un peu. Alors qu’il rejoignait son camion stationné plus loin, dans une rue de la ville, il aperçut un homme avec une valise. Cette valise ressemblait comme une frangine à celle qu’il avait dans son camion. En inspectant celui-ci, il vit qu’elle avait disparue et il se lança à la poursuite de l’homme.
La valise contenait sept paires de bas nylons, des pellicules photographiques, une large ceinture en cuir qui servent à soutenir les reins  des motards. A l’époque, sans représenter une fortune, le contenu en valait quand même la peine. Ne retrouvant pas son homme, le chauffeur se rendit au poste de police pour signaler le vol. Pour finir la police retrouva la valise avec son contenu, dissimulée dans un tas d’ordures. Continuant son enquête, elle finit par mettre la main sur un homme qui s’était signalé dans un bistrot en essayant de vendre des bas nylons.  On organisa vite une confrontation pour que le chauffer puisse continuer sa route. Il reconnut son voleur qui fut arrêté en charge de détention d’objets volés. La chauffeur avait quand même perdu plus d’une journée. Il faut croire qu’il tenait à son bagage, sûrement de quoi emmener sa belle en moto avec des bas nylons neufs et éventuellement une petite séance de photographie dans un coin charmant.

******************

En 1946 toujours, cette fois dans le Kansas, la ville de Hays à un problème d’éducation. Ce n’est pas que les résidents soient plus bêtes qu’ailleurs, mais on manque d’enseignants. Le responsable des écoles cherche l’idée de génie pour amener des candidats dans les écoles. Il finit par proposer deux paires de bas nylons, oui deux, à chaque dame qui accepterait un poste. Il promet aussi une paire de bas pour le femme de chaque homme qui en ferait de même. Les petits cadeaux seront remis à l’arrivée des titulaires sur place, mais pas avant. Tout juste s’il ne demande pas de les essayer devant lui pour voir s’ils vont bien. Enfin, si j’en crois l’article du journal, le truc marcha bien et la rentrée fut pourvue d’enseignants en suffisance. Remarquez que maintenant, on risquerait de ramasser plutôt une baffe avec ce genre de promesse de cadeaux pour les postulantes. A la décharge de ce directeur, il faut bien signaler que les bas étaient plutôt en pénurie suite à la guerre.

******************

Justement dans ce contexte un journal de la même année, cette fois à Milwaukee, annonce une grande nouvelle. Un responsable du bureau civil de la production à Washington annonce que 30 millions de paires de bas sont sorties des usines et que la production doit encore augmenter. Il affirme que la pénurie est due à une très forte demande et aussi une certaine réticence de la part des fabricants. Cette dernière affirmation est un moyen comme un autre de cacher certains problèmes de gestion du commerce et aussi des mouvements syndicalistes qui tendent à s’affirmer.  C’est bien la première fois que l’on verrait les Ricains se faire prier pour faire du pognon là où on peut en faire.

******************

Au cours de la seconde guerre mondiale , dès fin 1941 pour les USA, une sorte de blackout est mis sur l’industrie textile,  entre autres.  L’effort de guerre nécessite des matières premières en grandes quantités. Le bas nylon ou de soie n’échappe pas à la règle. Comme au temps de la prohibition, le marché noir s’organise et est plutôt florissant. L’administration américaine soucieuse du confort de ses citoyennes a fixé en ces temps de disette le prix d’une paire de bas à 1,80$, à charge pour elles d’en trouver. Qui dit marché noir pense bien sûr prix prohibitifs, c’est absolument vrai. A Chicago en 1943, un couple s’est fait pincer pour avoir encaissé environ 30000$ de revenus en vendant des paires du bas via ce système. Le prix de vente était de 4$ la paire et ils ont reconnu en avoir vendu 1800 paires par semaine pendant un mois. Non seulement ces revenus ont failli échapper au fisc, mais le prix dicté n’était pas respecté. Tout rentra dans l’ordre, mais la loi américaine prévoyait un an de prison et 5000$ dollars d’amende pour chaque organisation de vente illicite. L’histoire ne dit pas si la justice a aussi cherché les acheteurs. Bah, il y avait sûrement quelques dames de la bonne société parmi les clientes.

Etes-vous un bon nylon paparazzi?

Dans quel film peut-on voir cette scène?

Quel-est ce clip vidéo?

Et les pubs…


Poster un commentaire

Nylon paparazzi (4)

N’allez pas croire que les hommes ne s’intéressent pas au confort de la femme. Ces sacrés bas, hantise de beaucoup de femmes aujourd’hui, pouvaient se transformer en cauchemar quand elles étaient réduites à ne porter que cela, c’est à dire jusque vers 1965. Un cauchemar? Pas tout à fait, certaines jeunes filles ne guettaient que ce moment là pour avoir l’impression de devenir une vraie demoiselle. Votre serviteur l’a quelquefois constaté. Ces jeunes filles-là avaient quand même un avantage certain, le bas extensible était inventé, il pouvait presque doubler de longueur sans se rompre. Pas trop de problèmes de fixation, on tirait dessus et voilà. Le problème était tout autre avant son apparition. Le  vrai bas nylon, version début et ses ancêtres étaient aussi peu extensibles qu’un fil de fer. Cela nécessitait de savant calculs entre la longueur du bas, celui de l’élastique, du support. Trop de mou, le bas plissait, trop tendu, la jarretelle décrochait fréquemment ou le bas se déchirait. Rassurez-vous, de grands savants se penchèrent sur le problème comme en témoigne un article du Saratosa Herald Tribune de mars 1940.

Quelques uns des cerveaux les plus inventifs du pays se penchent sur le problème, comment faire pour que les bas ne se décrochent pas? Chaque fois qu’une femme pique un pas de course et émet un zut, elle vient d’expérimenter les inconvénients d’un bas de soie de qualité, il est en roue libre. Ce qui précipite l’accident, dit Jack White, exécutant d’une maison de vente, c’est la longueur de la gaine.

Au fur et à mesure que les gaines s’allongent, explique-t-il, les jarretelles raccourcissent, laissant moins de jeu pour compenser la tension. Les tests montrent que quand un femme plie les genoux, les élastiques risquent  d’être tendus de 4 ou 5 pouces. Cela peut-être en partie évité quand les bas sont roulés et tenus par une jarretière. Mais les femmes préfèrent les jarretelles avec fermoir qui évitent un fréquent réajustement.

White à mis au point un bas avec du une bande de caoutchouc enveloppé de soie qui agit comme un absorbeur de choc (serait-ce déjà l’invention du bas jarretière – note de l’auteur).

Un observateur du gouvernement affirme que la femme standard porte 12 paires de bas de soie ou coton par année. White dit qu’une femme, exclusivement bas de soie, en use 36 paires par année. Il suggère que les femmes devraient prêter plus d’attention aux accros.

La partie la plus résistante, dit-il, est la lisière. Le reste, le voile, est la partie faible. Le bas  doit exclusivement être pincé dans la lisière, jamais dans le voile.

Cette magnifique et savoureuse démonstration est illustrée dans l’article.

La lisière enroulée présente moins de risque d’accroc, mais demande un continuel réajustement s’il n’est pas accompagné de maintenue

Jarretière à fermeture si elle est accompagnée de longs élastiques permet de doser la tension. Mais avec une gaine longue et des attaches courtes le tension augmente.

Lisière en bande caoutchouc enrobée de  soie qui s’étendent considérablement et absorbent les tensions qui causent les accrocs.

Voilà, alors que l’Europe était en guerre, les journalistes américains s’intéressaient de près aux petites misères féminines. Rappelons que deux ans après, on demandait à ces femmes de soutenir l’effort de guerre en donnant des bas, matériel nécessaire à la confection de divers articles destinés aux soldats.

Le Beaver Valley Times, en décembre 1952, revient sur un épisode de la guerre froide.

Glen Cove, N.Y. Les femmes soviétiques de la délégation temporaire de l’assemblée générale des Nations Unies ont profité de l’occasion. Elles ont envahi les boutiques à pris réduits, ce lundi. Les articles préférés sont le rouge à lèvres, les bas nylons, les stylos bille, le matériel de couture. Le produit le plus recherché est la préparation plastique qui sert à stopper les accrocs aux bas.

La délégation a prévu de retourner en Russie après l’ajournement de la conférence, le 23 décembre.

Le Toledo Blade, de Noël 1951, rapporte l’information suivante.

Un taureau de 125 livres en liberté, chassé par des chiens, est entré dans un magasin de lingerie en brisant la vitrine. Il a fait sa corrida dans les sous-vêtements et les bas nylons causant pour 250$ de dégâts. Il est ressorti de même, a longé la rivière Cocheco et a filé dans les bois où il a finalement été abattu.

C’est sans doute un cas unique dans l’histoire, un taureau fétichiste.

Etes-vous un bon nylon Paparazzi?

On peut voir cette scène dans un très célèbre film de l’après-guerre. Même si le film n’est pas annoncé comme policier, le titre ne laisse aucun doute.

La photographie ci-dessous pourrait me faire penser à célèbre personnage, un Américain. Voyez-vous pourquoi et qui?

Et les pubs