Nylon Bar

L'apéritif en nylon


Poster un commentaire

Le Boss en livre et en 50 nuances de bas nylon

Depuis le temps que j’en parlais, il fallait bien passer aux actes. A force d’aligner la prose sur un blog, il était évident de s’intéresser au livre pour lui donner un semblant de longévité, la papier étant encore le moyen à long terme de préserver la culture.
En attendant un livre plus conséquent qui paraîtra très prochainement, agrémenté de balles choses, je me suis amusé à disserter sur les charmes du bas nylon sous forme de 50 citations, eh oui le bas nylon n’est pas pour moi quelque chose qui mérite seulement le terme de sexy, charmant ou joli, comme je le vois souvent dans certains commentaires. Le bas nylon c’est quelque chose qui mérite une étude plus subtile, il y a au moins mille manières de l’aborder, je vous en ai trouvé 50, c’est déjà pas si mal. Je vais trouver et tester, c’est promis, les 950 autres ces prochaines années, elles me viendront sans doute à l’esprit comme on attrape une image dans les nuages qui passent dans le ciel. Je ne les ai pas encore rencontrées, mais je sais qu’elles existent.
En attendant rien ne vous empêche de parcourir celui-ci, de vous en imprégner, les dames y trouveront certainement des certitudes, les hommes des incitations à en parler avec madame et 50 bonnes raisons d’en porter, oui, oui, oui…
Ce livre me sert aussi de réglage pour le suivant, apprivoiser les subtilités de l’édition. Réalisé avec la complicité de Miss Eva, qui nous propose même des photos inédites, c’est un travail en commun. Elle a dessiné la charmante couverture et a posé pour vous avec son charme bien dans l’air du temps des pin ups.
Ce livre est aussi le vôtre, diffusez l’information autour de vous, rebloguez-là. Chaque vente est un pas vers de futures jambes en nylon. Un monde plein de jambes en bas nylon, ça ne vous tente pas? Moi si!!!
Alors vous savez ce qui vous reste à faire… 
Le livre, illustré en noir et blanc et couleurs, est disponible sur Amazon en cliquant sur l’image
editions-nylon

Afficher l'image d'origine

Et une vidéo maison avec un thème musical que j’ai composé spécialement pour ce clip, il fallait bien que je fête cela à ma manière, que j’ai intitulé 50 nuances, c’est évident!

 


2 Commentaires

Du nylon pour un siècle (13)

27 061415 10

Dès le début des années 50, le doute n’est plus permis. Une ère de prospérité s’annonce et a déjà commencée dès la fin de la guerre. Dans l’histoire elle sera connue comme les Trente Glorieuses. C’est certainement le seul côté positif que l’on peut trouver à l’aberration guerrière, mais le fait est qu’il faut tout reconstruire. La première guerre mondiale avait été plus localisée, moins étendue territorialement. La seconde a dévasté de nombreux endroits du globe, l’Europe presque entièrement. Il ne s’agit pas seulement de remplacer les bâtiments et lieux détruits par de nouveaux, mais il y a une nouveau phénomène qui se pointe, inconnu jusqu’alors, le progrès sous forme de nouveautés qui font rêver, la télévision, le microsillon, les ustensiles ménagers qui soulagent le travail de la femme (encore) au foyer. Tout ceci débarqué en même temps que la matériel militaire.  Le marketing crée les besoins, on accède au besoin de pacotille. Si l’on pouvait se passer aisément du Coca-Cola avant guerre, ce n’est plus le cas. Il est devenu un signe d’indépendance, on le boit quand on veut et n’importe où, c’est juste si on ne trouve pas un distributeur dans l’église à côté du bénitier. Il est même cité dans les chansons pour faire branché. Adieu le papier à rouler la clope de nos pères et la soupe de grand-mère, on consomme industriel, en paquet de 20 ou en sachet familial.

Mais résumons encore brièvement cette ambiance entre 1945 et le début des années 50 en s’arrêtant sur le bas nylon et le départ vers leur suprématie

27 061415 5

27 061415 4

Quelques petites chroniques journalistiques de 1945, il n’est pas impossible qu’on y mentionne le bas nylon..

27 061415 13

Au niveau de la mode, l’immédiate après-guerre est encore bien sage. Elle deviendra rapidement une ère parmi les plus mythiques, l’intensité ne se mesure pas vraiment à ce que l’on voit, mais plus à ce que l’on suggère, ce que l’on voudrait voir. Le cinéma aide beaucoup à créer des stars qui ne se mettent pas encore à nu, que l’on ne verra jamais nues pour la plupart et qui deviennent pourtant des sex symbols. La fameuse Marilyn Monroe est un exemple encore dans toutes les mémoires et une référence. Elle vient pourtant d’un cinéma américain qui excelle autant par sa créativité que par sa pudibonderie. A malin, malin et demi, les réalisateurs font preuve de virtuosité pour ne pas subir les foudres de la censure. Dans le film de Charles Vidor, « Gilda » avec Rita Hayworth sorti en 1946, la scène où elle retire son gant est devenue un anthem à la sensualité. Ce n’est pourtant qu’un gant que l’on retire, mais il amène le conscient du spectateur vers des zones plus obscures de sa personne. Si ce genre de scène peut faire rire un adolescent aujourd’hui, croyez bien qu’il en fut tout autrement en 1946.

27 061415 8

27 061415 9

La mode de cette époque peut se résumer à une silhouette, sur l’écran ou dans la rue peu importe, mais elle agit comme un aimant sur l’oeil du contemplateur. Enlevons le dessus et voyons ce qui se passe dessous.
La gaine connaît un triomphe presque absolu, du moins chez la femme de la classe moyenne. On retrouve l’idée du corset qui moule la taille, en version allégée bien sûr. Marilyn Monroe n’avait pas spécialement une minceur de manche à balai, bien au contraire elle avait ce qui plaisait alors, quelques morceaux de chair bien répartis. Juste assez pour un moulage, de quoi obtenir la silhouette que l’on veut sans rembourrage. La gaine sert évidemment à cela, mais elle sert aussi à tenir les bas, des bas nylons pour sûr. Il est encore à couture, mais d’ci un dizaine d’années, son concurrent sans cet indice de charme, mais à talon renforcé sera de mise. En plaisantant on pourrait dire que c’est une sorte de bas pasteurisé, mais encore un bas, un vrai.

27 061415 3

Ce n’est pas encore la fin de la guerre pour les bas nylons


27 061415 1


27 061415 2

En 1945 et 1947, ces publicités font l’inventaire en matière de dessous. J’imagine pour les amatrices de vintage authentique, comment elles adoreraient le porte-jarretelles couleur ciel.

Le porte-jarretelles, qui existe de nom depuis fort longtemps, et plus modestement la guêpière sont les autres atouts de la féminité. Le premier atteindra un sorte mysticisme auprès de la plupart des hommes. Il faut bien avouer que jamais autant que dans les années 50, il ne fut assimilé à une pièce d’art. En version simple, il est juste un accessoire servant à tenir une paire de bas. Mais quand il frôle la sophistication, il est amplement garni de dentelles, il joue avec les couleurs, les matières. En apercevoir un bout ou encore mieux la totalité, constitue un spectacle de choix pour l’oeil coquin du mâle en recherche de spectacle aguicheur. Il n’est pas sensuel, c’est bien pire. C’est son âge d’or, on n’ose imaginer aujourd’hui son retour au sommet, pourtant il hante toujours les rêves masculins perdus dans les sabliers du temps.

27 061415 15

En abordant les époques plus récentes de l’histoire du sous-vêtement, on gagne de la place sur les pages qui servent à les décrire. Nous ne sommes plus obligés d’énumérer un longue liste d’accessoires et de faire lever les dames à 4 heures du matin pour qu’elles soient présentes au travail à 7 heures. Dans les trois pièces qui constituent les sous-vêtements d’une dame que l’on pourrait qualifier d’honnête selon l’adage de l’époque, il nous manque encore le soutien-gorge.

27 061415 11

27 061415 12

Il s’intègre parfaitement dans cette idée de silhouette qui se veut tout sauf plate. Les seins sont comme les montagnes, il n’y en a pas deux qui ont exactement la même forme, ni la même taille. C’est un casse-tête qui peut se terminer pas un casse-seins. A l’instar du sexe masculin, ce sont des organes qui peuvent varier en taille selon les envies susurrées par la nature. En plus, ils sont une véritable carte de visite de l’anatomie visible de la femme. Mélangés au goûts personnels et les aléas de la mode, les modistes ont bien compris que les bonnes affaires se font en allant à l’opposé de la mode précédente, il faut jongler. Une création plutôt nouvelle sera mise au point dans le but d’offrir une alternative aux dames en mal de poitrine conquérante, le soutien-gorge obus.  Pas forcément le summum du confort, mais il permet la triche et les moins avantagées ne s’en priveront pas.

27 061415 14

Mais vu la richesse de cette première moitié des années 50, il faut que l’on s’arrête plus en détail sur ses tendances. Elles sont le reflet d’un bouillonnement créatif et innovateur sur tout ce qui peut faire la réussite de ceux qui proposent et ceux qui disposent.

A suivre


Poster un commentaire

Des dessous pour un siècle (11)

25 051515 7Au début 1940, la France pouvait encore espérer être épargnée pas la guerre de manière directe. Le optimistes pensent que la ligne Maginot est un obstacle infranchissable et qu’elle dissuade Hitler de toute tentative belligérante. Pour les pessimistes, il ne fait aucun doute qu’il a une revanche à prendre sur la France et qu’il viendra frapper à la porte. On sait comment l’histoire s’est déroulée, le 22 juin 1940 la France signe l’armistice, vaincue. Elle n’est pas la seule à souffrir, l’Allemagne étend sa zone d’influence sur presque toute l’Europe au gré des victoires militaires et des alliances politiques.

Evidemment la mode passe au second plan, si ce n’est au troisième. Le fait le plus significatif, ce n’est pas tellement l’envie de ne plus créer, mais de ne pas avoir de quoi le faire. Bien vite, toutes les matières premières nécessaires à sa création se font rares, bref on manque de tout. Dans le domaine de l’abondance matérielle, l’Europe n’est pas aux premières loges, mais au mieux assise sur un strapontin. Aux USA c’est un peu mieux, le territoire national est vierge de tout combat, pour l’instant ils ne sont même pas officiellement en guerre mais ils s’y préparent. Tout en soutenant l’Angleterre qui est soumise aux bombardements, le blitz comme ils l’appellent. Pour une part le pays se suffit à lui-même, la nourriture ne manque pas, bien que la dépression économique des années 30 en laisse pas mal sur le carreau.

25 051515 6

Dommage pour le nylon, mais cette belle invention que chaque Américaine rêve de porter sous forme de bas est réservé à l’effort de guerre. Alors on s’accommode de ce qui est disponible, même s’il faut user d’artifices et faire croire que. La pénurie de bas stimule les imaginations. Si on n’en a pas, on se teint les jambes en foncé et on dessine une couture pour faire illusion. Bien sûr, il est déconseillé de prendre un bain trois fois par jour. Cette pratique aura cours dans tous les pays en état de guerre, du moins ceux où le port des bas fait partie des habitudes quotidiennes. C’est le choix entre retourner au disgracieux bas de laine ou tromper « l’ennemi ». Il ne faut pas trop compter sur le bas de soie, car il se fait aussi rare et est carrément interdit en Angleterre. Même dans son célèbre discours de 1940, Churchill aurait pu ajouter: je n’ai à vous offrir que du sang, du labeur, des larmes, de la sueur et des bas de laine!

25 051515 2

Mais le guerre connectée de manière restrictive aux dessous évolue dans l’air du temps. L’année 1940 verra l’avènement de quelque chose qui fera date dans l’histoire: la pin-up. C’est dans le magazine Esquire que paraît la première du genre, née sous le pinceau d’Alberto Vargas, un Péruvien établi aux Etats-Unis. Il en dessine déjà depuis une vingtaine d’années, mais à partir de ce moment là elle entre dans le conscience collective. C’est sans doute le contexte de la guerre qui a permis son avènement sans trop inquiéter les censeurs débordés par l’ampleur de sa tenue légère et la popularité du phénomène, car elle est adoptée comme mascotte par les soldats.

25 051515 3

On la peint, la dessine sur les véhicules militaires ou sert d’illustration pour les calendriers. L’Angleterre l’adopte également et va même plus loin avec un trait d’humour.  Le Daily Mirror publie les dessins d’une pin-up blonde étourdie, Jane, crée par Norman Pett. Gaffeuse, elle laisse entrevoir ses dessous, ce qui vaudra la réputation de meilleure arme secrète britannique de la Seconde Guerre mondiale. On sait que pendant ce temps des rumeurs faisaient état de savants américains travaillant à une autre arme secrète d’un puissance destructrice jamais égalée, ce qui sera la future bombe atomique. Une bombe atomique contre une bombe anatomique!

25 051515 4

25 051515 5

Un autre fait marquant encore en vigueur de nos jours, le port des dessous à même la peau. Fini la culotte froufroutante, le slip devient bien serré. Les bas, quand on en possède, finissent de consacrer le porte-jarretelles qui se porte sous la culotte, exit la jarretière. La combinaison camoufle plus ou moins légèrement le tout, soutien-gorge y compris. Chez les hommes le maillot de corps devient une camisole qui s’enfile simplement par le haut.

25 051515 9

La Française, elle, se débrouille comme elle peut, le manque de tout est drastique. Les chaussures à talons compensés deviennent une sorte de mode par la force des choses, surmontés de socquettes roulées sur leurs chevilles. Les femmes en pantalons n’ont jamais été si nombreuses. Dame, il a des avantages évidents, il est solide et surtout il tient chaud, se chauffer est un luxe suprême. Parmi les petits métiers, celui des remmailleuses prospère. Quand on possède une paire de bas, ce n’est pas une maille qui file qui signifie sa mort, il est bien trop précieux. A l’issue de la guerre, la marque Vitos met une machine à remailler les bas sur le marché.

25 051515 1

Si l’immense majorité de gens se serrent la ceinture, quand on en possède une, certains petits malins profitent bien de la situation. Le soldat allemand loin des colères de son bien aimé führer, n’en est pas moins friand de distractions un peu coquines: « Ach Baris! ». Les fameuses Folies-Bergère relancent le spectacle avec froufrous incorporés, symboles de légèreté et de plaisirs faciles.  Sans doute plus que le champagne ou les bons petits plats à la française, c’est l’image qui est la plus ancrée dans l’esprit du soldat de la Wehrmacht. Par la même occasion, les officiers se rendent volontiers au One-Two-Two, le plus célèbres et luxueux des bordels parisiens qui connaîtra une sorte d’officialisation.  L’humour ne perdant jamais tout à fait ses droits, les pensionnaires en argot parisien sont appelées des essoreuses.

25 051515 12

Trouver de la lingerie fine avec la bienveillance de l’occupant, c’est dans le domaine du possible avec la complicité de quelques personnages pas trop regardants sur les moyens. Comme dans toutes les époques troubles, des personnages peu recommandables trouveront le terrain propice à leurs activités criminelles. Le plus célèbre fut Marcel Petiot, un Landru transposé dans une autre guerre, organisant des réseaux de passages à l’étranger dans lequel tous les candidats disparaissent définitivement.

25 051515 11

Du côté des vedettes, certaines se verront reprocher leur attitude un peu trop amicale avec les Allemands, on parle aussi de « collaboration horizontale ». La fameuse Arletty, qui tourna pendant la guerre son plus beau rôle dans Les Enfants du paradis, se verra reprocher le fait d’avoir entretenu une liaison avec un officier allemand. Elle aurait alors lancé sa fameuse phrase: « Mon cœur est français, mais mon cul est international. ». Il est clair que l’activité culturelle et artistique marque le pas comme la mode. Il est certain qu’une femme habillée avec une certaine recherche est regardée de travers, alors que tout est introuvable sans passer par le marché noir. Elle n’obéit pas à des critères de mode, mais à un comportement que la morale d’alors peut réprouver.

25 051515 10

Mais à partir de 1943, l’armée allemande commence à connaître de sérieux revers. A fin 1944, la territoire français est presque libéré, à part une poche de résistance dans les Ardennes. Les GI’s sont accueillis en héros. Les enfant lui réclament du chewing gum, les femmes des bas nylons…

25 051515 8

Avec la fin de la guerre, l’aube d’un certain nouveau monde commence comme dans la symphonie de Mahler, un certain âge d’or pour le bas nylon et autres dessous.
A suivre


Poster un commentaire

Des dessous pour un siècle (10)

20 042415 4Début 1939, des nuages sombres envahissent le ciel de l’Europe, on ne veut pas encore croire à la guerre, pourtant tout semble y conduire. Le revendications toujours plus revanchardes d’Hitler font figure de grand bal de diplomates. Petit à petit, il  a grignoté les territoires qu’il considère comme faisant partie d’un espace vital allemand, notamment pour des raisons historiques et linguistiques, du moins c’est le prétexte. Il faut avoir en mémoire que le découpage des territoires à l’issue de l’armistice de 1918 imposé par les alliés a bouleversé ce qui était l’empire germanique d’avant la première guerre. En 1939, il a rattaché à l’Allemagne tout ce qui pouvait historiquement être considéré comme allemand. Pour cela il a utilisé la ruse ainsi que le mensonge et une propagande bien ficelée. Une politique d’alliances avec des pays « frères » comme l’Italie, lui donne une force sur l’échiquier mondial. A l’été 39, il ne peut plus user de prétextes s’il veut agrandir son empire, il doit le faire par la guerre. Ce sera chose faite le 1er septembre en envahissant la Pologne suite à une prétendue agression de sa part, une représentation théâtrale mise en scène par Himmler. Une semaine avant, pour s’assurer de la bienveillance de la Russie et de Staline, il a signé en pacte de non-agression avec en toile de fond un partage de la Pologne une fois celle-ci envahie. Cela fait bien rire quand on sait que le communisme était une des bêtes noires d’Hitler. Mais dans les parties de poker menteur, on ne sait pas toujours lequel ment le plus. En quelques mois, l’Europe est à feu et à sang.

C’est dans ce contexte international que l’avènement de ce fameux nylon voit le jour. Pour l’instant, la demande est tellement forte que le phénomène reste essentiellement américain, on pensera au reste du monde plus tard. Les pays du vieux continent ont d’autres soucis que l’expansion du bas nylon via une production nationale. Il faudra vraiment attendre la fin de la guerre pour qu’il puisse couvrir toutes les jambes européennes. 

20 042415 6

Bien évidemment la mode devra s’adapter aux nécessités de l’époque. Pour l’Europe, c’est une période de disette dès que les pays sont confrontés à l’entrée en guerre. La France ne le fera réellement qu’en mai 1940, précédé par ce que l’on appellera la drôle de guerre. En attendant, la vie est presque à l’insouciance, on peut rêver à ces bas nylons qui n’arrivent pas, seront-ils sans couture ou avec? Si l’essor du bas sans couture est devenu commun dans les années 50, sa fabrication est un vieux serpent de mer. La technique pour les fabriquer existe en réalité depuis près de 60 ans, on pourrait dire en deux temps. Ce sont encore une fois les Américains qui font office de novateurs. Un certain Isaac W. Lamb met au point une machine qui permet de tisser le bas sans passer par l’étape de la couture, mais qui nécessite encore la diminution, rôle essentiel dans la silhouette du bas qui doit épouser la jambe qui n’est absolument pas de largeur égale du haut en bas. Juste après William Shaw, réussit de faire la jonction supplémentaire en créant un métier qui supprime la diminution. On utilise alors cette méthode non pour les bas, mais les chaussettes et ceci pendant des dizaines d’années. Si le bas est exclu de cette fabrication, c’est avant tout pour des raisons pratiques, voire techniques. La soie principale matière du bas se prête assez mal à cette manière de procéder, et puis on peut penser qu’aucune dame n’en fait la demande, c’est bien ainsi. Il est vrai que la couture du bas est incontestablement une mise en valeur de la jambe. Ce ne sont pas mes chères Ambassadrices, Miss Nylon et Miss Eva qui vous diront le contraire. L’apparition de la viscose et du nylon sera un pas décisif vers le bas sans couture, qui devra patienter quelques années avant sa mise au point définitive.

20 042415 7

Le nylon à plus d’un titre fait partie en toile de fond (en nylon) du paysage de la guerre. Dès 1940, on s’embarque dans une guerre presque totale sur le territoire européen. Les USA sont épargnés, la guerre ne fait pas rage sur leur territoire et ce sera le cas pour toute sa durée. Pour l’instant, ils observent ce qui se passe ailleurs. Pour qu’ils bougent, il faudra attendre le 7 décembre 1941 avec l’attaque de Pearl Harbour par les Japonais. Peu de temps après ils entrent, nous dirons de manière officielle, dans le conflit.

Jusque-là les Américaines pouvaient porter des bas, avec ou sans nylon, malgré la difficulté de s’en procurer, tant la demande est forte. Il leur restait la soie et quelques succédanés artificiels. Mais voilà, un des principaux fournisseurs de soie à ce moment là est… le Japon! Le robinet où coulent les fils de soie et fermé à fond. Pire encore, l’entrée en guerre du pays voit la demande en textiles, surtout le nylon, exploser pour nourrir la machine de guerre américaine. Je vous rappelle que le parachute idéal à cette époque est fabriqué en nylon. Cette pauvre citoyenne américaine voit la production détournée au profit de la guerre, et plus encore on lui demande de collaborer en collectant tout ce qui pourrait ressembler à une paire de bas nylons. Pour en trouver une paire, il faut passer par le marché noir ou circulent encore quelques paires d’avant guerre à des prix collectors comme on dit maintenant. Mais, on est pas en Amérique pour rien, un joli trafic fera les beaux jours de petits malins qui passeront quelquefois par la case prison selon la grosseur du délit. Les flingues, eux, sont en vente libre.

20 042415 2

Une autre facétie typiquement américaine verra le jour à travers une chanson crée par le jazzman noir, Fats Waller. Les paroles illustrent parfaitement le mouvement de nostalgie qui fait immédiatement suite à la pénurie de nylon. Son titre, « Quand Refleurira Le Nylon », est presque un hymne à sa gloire. Extrait:

Je serai heureuse quand les bas nylons fleuriront de nouveau
Le coton est monotone pour les hommes
Seule façon de garder la fraîcheur de son affection
Procurez cette maille à votre chair
Je serai heureuse quand les bas nylons fleuriront de nouveau

Gone are the days when I’d answer the bell
Find a salesmen with stockings to sell
Gleam in his eye and measuring tape in his hand
I get the urge to go splurging on hose
Nylons a dozen of those
Now poor or rich we’re enduring instead
Woolens which itch
Rayons that spread
I’ll be happy when the nylons bloom again
Cotton is monotonous to men
Only way to keep affection fresh
Get some mesh for your flesh
I’ll be happy when the nylons bloom again
Ain’t no need to blow no sirens then
When the frozen hosen can appear
Man that means all clear
Working women of the USA and Britain
Humble dowager or lowly debutant
We’ll be happy as puppy or a kitten
Stepping back into their nylons of DuPont
Keep on smiling to the nylons bloom again
And the WACS come back to join their men
In a world that Mr. Wallace planned
Strolling hand in hand

https://www.youtube.com/watch?v=TSBOtEi_f44

20 042415 3

Tout un programme avec des paroles qui résument à merveille les sentiments de ceux qui aiment vraiment le nylon, que ce soit en les portant ou en s’extasiant devant leur vue. Ah mesdames, si vous pensez nous affoler avec des collants… 

Cette vilaine guerre une fois lancée, on pense déjà que ce sera la der des der. En attendant il faut bien la vivre, tant bien que mal. Par opposition à la futilité que peut avoir la mode en temps de paix, elle devient aussi une sorte de combat. Comment être belle sous les bombardements, comment en faire un tas avec presque rien, comment faire rimer dessous avec sous. Ce sera l’objet d’un nouveau chapitre.

20 042415 5

A suivre


Poster un commentaire

Des dessous pour un siècle (9)

27 041115 10

La seconde moitié des année 30 sans en être très consciente se prépare à la guerre. C’est bien sûr l’Allemagne qui est au coeur de son déclenchement. Hitler est au pouvoir, ils transforme peu à peu la société allemande en dictature. Il est suivi par la majorité des Allemands qui lui reconnaissent un tas de bienfaits, il a résorbé en grande parie le chômage, on travaille à nouveau même si c’est surtout pour l’effort de la guerre à venir. On pense bien sûr qu’elle n’aura pas lieu, c’est juste un droit de la nation à assumer sa protection contre l’ennemi. Les joutes oratoires du chancelier allemand tétanisent les foules. Il s’élèvera presque dans les esprits à la hauteur d’un dieu voulant bâtir une Allemagne millénaire et faire de son peuple des demi-dieux. Nous savons que la réalité fut bien différente.

En France, la situation est inverse, le pays ne marche pas au pas, il part en vacances grâce aux congés payés. On aborde la notion de semaine de 40 heures, accompagnées de l’instauration des conventions collectives. Le Front populaire, une alliance des partis de gauche, triomphe de 1936 à 1939. Des années rieuses avant le déluge.

Au niveau vestimentaire, ni l’Allemagne, ni la France, n’apportent des révolutions dans la mode. Les dessous sont toujours dessous, les maillots de bain commencent à se composer de deux pièces, mais c’est encore assez osé de se montrer ainsi, impensable pour une mère de bonne famille. Malgré tout le soutien-gorge se perfectionne, il se décline en différentes tailles de bonnets comme l’alphabet, A, B, C, D, c’est Warner en Amérique qui lança le procédé. A chaque femme de trouver les astuces qui mettront le mieux en valeur sa poitrine, problème terriblement existentiel.

27 041115 7

Ces années auraient pu passer comme le vent si ce n’est que pendant ce laps de temps, on mit au point une grande révolution textile, le nylon. N’en déplaise aux romantiques et fadas de cette matière, c’est purement de la chimie, un dérivé du goudron. Son inventeur, en fait il travaille avec une équipe, Wallace Carothers, n’est pas un philanthrope, mais un chimiste. C’est un 1935 que naît dans les laboratoires américains de Du Pont de Neumours, le premier fil de nylon. Ce résultat est la suite de différences expériences qui sont faites depuis plusieurs années et qui passe par l’invention du caoutchouc synthétique. A l’origine le produit se nomme polyamide 6-6, formule de base et variable qui fait mention du nombre d’atomes de carbone qui entre dans sa composition. Carothers ne profitera aucunement de la gloire qui sera attachée à son invention puisqu’il se suicide en 1937, sans donner de raison. Bien évidemment, on songea très vite à utiliser commercialement cette invention, ce qui se fera en 1938, mais il faudra encore lui donner un nom qui sonne bien et facile à retenir, un atout commercial non négligeable. Imaginez la catastrophe si on l’avait appelé biprectaplyosolplusmere, nylon c’est mieux. A son apparition le nom fut accompagné de quelques plaisanteries sur sa signification, on fit quelques jeux de mots, pas toujours très convenables style Nos Yeux Lorgnent Outrageusement Noémie ou comme ce fut la cas en anglais Now You Lick Old Nipples, (maintenant vous sucez des vieux nichons). Il semblerait que la vérité vraie est l’emploi des initiales des épouses de cinq chimistes qui travaillèrent à l’invention, Nancy, Yvonne, Louella, Olivia et Nina. C’est une marque déposée. 

27 041115 4

27 041115 2

L’inventeur du nylon et l’usine Du Pont de Nemours en 1939

L’avènement du nylon et son triomphe n’est pas sans raisons. De fabrication facile, une fois la formule mise au point, il ne fait pas appel à des matières premières nobles comme la soie, d’où son coût relativement bas. Sa transformation est facile, on peut lui adjoindre de la couleur et lui donner toutes les formes. Sa solidité est presque à toute épreuve tout en étant aisément malléable. Je suppose que vous avec tous vus un film où un bas nylon sert à remorquer une voiture aussi facilement qu’avec une corde. Par contre, couper le fil à angle droit avec une paire de ciseaux est très aisé. Son utilisation est pratiquement universelle, on l’utilise énormément avec ses dérivés dans la fabrication de la lingerie, mais aussi dans des vêtements plus traditionnels comme les blouses. Ses fibres sont peu absorbantes et sèchent vite. L’industrie de loisirs l’utilise également, jouets, fil de pêche, même des pièces mécaniques pour les voitures sont à base de nylon. Un de ses principaux défauts est lié au feu. Il ne brûle pas vraiment, mais fond tout en dégageant un odeur pas très agréable et quelque peu toxique. Le cas échéant cela peut occasionner des brûlures aggravées s’il est porté comme vêtement lors d’une proche exposition à une flamme. Mais d’autres textiles peuvent produire les mêmes effets.

27 041115 1

Quand on invente quelque chose dans un but commercial, la marketing recherche le meilleur moyen pour cibler le marché et voir dans quels secteurs le produit à le plus de chances d’avoir des débouchés, surtout si ses possibilités d’adaptations sont grandes. Il n’en a pas été différemment pour le nylon, produit prometteur. Une des premières applications du nylon fut pour la fabrication de toiles de parachutes. Comme tout le monde ne possède pas un avion et qu’en plus ils ne se tombent pas tous en panne en plein vol, le marché était limité, mais on peut imaginer que l’armée y tenait particulièrement. Mieux fut la brosse à dent, là encore il faut assez peu de nylon pour en faire une, même celles destinées aux grandes gueules, et d’un usage qui s’étale dans le temps. L’idée de remplacer la soie des bas et autres matières par du nylon fut un coup de maître. Potentiellement, on visait la moitié des femmes de la planète multiplié par deux jambes, ce qui fait une perspective de pas mal d’unités à produire, d’autant plus qu’ils ont durée de vie limitée et sont d’un prix de vente plus accessible.

27 041115 8

En 1938, ce ne fut pas un succès, mais un triomphe. Si on frise l’émeute aujourd’hui pour s’acheter une pomme en forme de téléphone, ce fut déjà le cas il y a plus de 70 ans pour le bas nylon. Toutes les femmes, du moins occidentales, voulaient voir ça de plus près et surtout l’essayer. La production suit avec peine, il n’y a pas encore tellement d’usines capables d’en produire, il faut le temps de s’organiser, d’acheter des licences. Le temps, c’est justement ce qui va manquer le plus avant que chaque femme puisse satisfaire sa curiosité, mais cela n’a rien à voir la mode ou la productivité des usines américaines. Il faut traverser l’Atlantique, direction l’Europe, là on a d’autres préoccupations. 

27 041115 3

27 041115 527 041115 6

27 041115 9

27 041115 11

A suivre


2 Commentaires

Des dessous pour un siècle (7)

25 031415 1

Les souvenirs de la tragédie de la première guerre mondiale s’éloignent. La seconde moitié des années 2o marque une période d’insouciance nuancée. Le progrès va de plus en plus vite. Il n’y a pas si longtemps les voitures se traînaient à la vitesse de l’escargot, maintenant elles commencent à ressembler à des petits bolides. L’aviation, principalement du fait de la guerre, a fait de gros progrès, on n’est pas loin de traverser l’Atlantique, cela se fera en 1927 par Lindberg. L’industrialisation n’est pas en reste, on tente de fabriquer tout et n’importe quoi dans les usines, par exemple des voitures. La soupe en sachet fait déjà partie du décor, l’appareil de téléphone n’est plus seulement utilisé par une élite, il entre dans beaucoup de foyers, on se parle entre continents. Le cinéma permet de distraire ou de voyager, on voit s’agiter les habitants de terres lointaines sur l’écran comme si on les avait en face de soi.  Il ne lui manque que le son, il vient en 1927 avec le premier film du genre « The Jazz Singer » avec pour héros un acteur blanc grimé en noir, Al Jolson. L’avènement du parlant finira de le propulser au firmament des plaisirs que tout le monde peut s’accorder. Il se fera aussi un moyen de réflexion pouvant servir de tremplin pour exprimer ses idées. Justement, cette vie qui semble tourner trop vite pour certains va susciter une réaction que fera le tour du monde via le film de Chaplin « Les Temps Modernes ». C’est son premier film politique, sorti en 1936, juste le temps nécessaire pour prendre le recul nécessaire à leur analyse.

25 031415 9

Et la mode dans tout cela? Eh bien elle continue son bonhomme de chemin. Evidemment il n’y a pas tous le jours un nouveau courant qui se crée. Quelques fantaisies viennent bousculer l’ordre établi, comme la ceinture de bananes de Joséphine Baker qui fait se déplacer les foules à Paris. C’est une version exotique de la mode qui se cantonnera à la scène, on ne verra pas les bourgeoises se promener dans la rue en l’arborant comme l’ultime gadget pour se faire remarquer. Depuis la venue des garçonnes, la lingerie et le corps se montrent avec certain manque de pudeur relatif à ce que ces temps peuvent encore contenir de conservateurs. Ce qui est positif dans le succès de Baker, c’est l’avènement de la femme noire, star en France et presque déchet dans certaines régions de son pays d’origine, les USA. Mais ne nous trompons pas, son jeu de déhanchements suggestifs passent d’autant mieux chez une artiste noire, car on l’assimile volontiers à un comportement tribal, pratique théoriquement en cours dans une certaine sous-civilisation. Elle prouva par la suite que l’action sociale n’était pas seulement le fait des Blancs en s’engageant activement dans la résistance, en luttant contre le racisme, et en faisant vivre une communauté d’orphelins qu’elle a adoptés. La marque de lingerie Princesse Tam Tam est inspiré d’un film dans lequel elle a tourné. 

25 031415 14

Une chronique de presse de 1926 révèle l’influence qu’a pu avoir Joséphine Baker sur la mode, du moins sur le teint de la peau. La blancheur, alors de rigueur, cède le pas au bronzage. Depuis les choses n’ont pas tellement changé.

25 031415 13

25 031415 7

25 031415 3

La musique contribue indirectement à la mode vestimentaire. La chanson traditionnelle a encore sa place, bien franchouillarde, sortant du 78 tours qui tourne sur la gramophone qui trône au salon. Toutefois les échanges entre continents apportent un vent nouveau, le jazz. Dans un premier temps, cette musique s’adresse plutôt à des amateurs branchés dont la bourgeoise n’est pas exclue. Si on l’écoute encore d’une oreille distraite, par contre les pistes de danse se trémoussent sur les pas de charleston. Difficile de se mouvoir avec aisance sur cette danse plutôt remuante quand on est harnaché dans un corset. La bourgeoise qui a découvert et en partie adopté le prêt-à-porter, peut se lancer sur la piste et danser toute la nuit. On peut jouer jeu à peu près égal entre les classes sociales le temps d’un port de vêtement. Certains petits détails remettent les choses en place. La bourgeoise couvrira ses jambes avec des bas de soie, les autres se contenteront de bas en rayonne, moins élégant et plus fragile, mais aussi nettement moins cher. Ils se distinguent par l’aspect, mat pour la soie, brillant pour la rayonne. On triche un peu, on poudre ceux en rayonne pour en diminuer la brillance. Dans les endroits peu éclairés comme un pont de danse, cela peut faire illusion.

25 031415 2

Même les grands couturiers tiennent compte de cette tendance à la simplicité, Coco Chanel, qui brille déjà sur son empire y va de sa robe noire toute simple, en 1926. Par définition les dessous suivent le mouvement. Depuis des siècles d’histoire dans la bonne société, on n’a jamais été aussi peu légèrement vêtu en matière de lingerie, on assure le minimum. C’est encore une chose à mettre au crédit de la libération de la femme, le sous-vêtement devient fonctionnel.  C’est aussi dans les années 20, que les dessous inspirent ce qui se porte dessous après quelques timides tentatives antérieures. Le chemise de nuit devient peu à peu une robe qui se veut légère. Il s’en faudra encore de beaucoup pour se trouver dans la situation actuelle où certaines femmes abandonnent toute forme de coquetterie en matière de lingerie, mais l’idée est là.

De son côté, René Lacoste se présente au tennis avec un polo de coton sur lequel il arbore son fameux crocodile. L’homme qui porte encore volontiers des combinaisons d’une pièce, qui font camisole et slip en même temps, l’abandonne peu à peu. La mise au point du latex permet un petit miracle, des ceintures élastiques remplacent tout ce qui pouvait aider à la tenue des sous-vêtements. Les Américains popularisent le short comme pièce vestimentaire portée dessous. Pour faire bonne mesure, la camisole et le tee shirt complètent la panoplie.25 031415 4

Les plaisirs de la vie, l’amusement, auraient pu continuer leur ronde incessante. Un grand coup de frein à l’économie en plein essor survient en 1929. Le 24 octobre, commence le krach de Wall Street. La raison principale en est la spéculation, à l’instar d’aujourd’hui on croit déjà que l’on peut gagner toujours plus d’argent sur du vent. On a raconté beaucoup de choses sur cet événement. Pour une fois, je possède un témoin direct, mon père. En effet, il est parti cette année-là faire la conquête de ce qui apparaissait alors comme l’Eldorado. Il a embarqué au Havre sur le paquebot Rochambeau, on va encore en Amérique en bateau ou à la nage. Le jour du krach, il est à 2 jours d’accoster à New York. Comme il me l’a affirmé, et contrairement à ce que l’on a souvent dit, il n’y avait pas des émeutes dans les rues et des gens qui se jetaient par les fenêtres. Tout au plus quelques gros attroupements, le plus souvent dans dans un calme parfait. Ce qui me fait le plus sourire dans cette histoire, c’est que je suis probablement venu au monde à cause de ce krach. Retourné au pays, il se remariera bien plus tard et aura un fils, votre serviteur. Je n’ose imaginer ce qu’il aurait pu advenir de moi s’il avait fortune là-bas en industrialisant son plat favori, la piccata milanaise!

25 031415 6

25 031415 8

Une crise mondiale suivra et sera un des moteurs du déclenchement de la seconde mondiale. Mais comme nous le verrons, le mode et ses dessous se moquent  bien de l’histoire. 

Quelques événements 

1927 – Premier succès de librairie pour Agartha Christie « Le Meurtre de Roger Ackroyd ».

1928 – C’est l’année de naissance de Mickey. Un roman à scandale « Puits de solitude » de l’Anglaise Radclyffe Hall, traite ouvertement de l’homosexualité féminine.

Une des rares revues consacrée aux dessous  change de nom en 1928 et devient « Le Corset de France Et La Lingerie ». Etrange que l’on prenne pour nom principal une pièce de lingerie très décriée et en net déclin.

25 031415 10

25 031415 11

1929 – Naissance de Tintin 

 A suivre


Poster un commentaire

Des dessous pour un siècle (6)

19 02815 3

Fin de la guerre 14-18, l’armistice est signé le 11 novembre 1918, avec un cessez-le-feu prévu à 11 heures, notez la précision. Quoique les nostalgiques peuvent en dire c’est un désastre, 9 millions de morts, presque autant d’estropiés, il n’y a pas de quoi pavoiser. Sa plus grande conséquence n’est pas tellement le nombre de victimes, mais la modification définitive de la carte de l’Europe, pire on plante déjà le racines de la suivante après juste 20 ans de répit. Quatre empires qui correspondent à sa partie située à l’est disparaissent, allemand, austro-hongrois, ottoman, russe. Ce dernier n’est pas directement le fait de la guerre, mais de la révolution d’octobre 1917, qui voit la disparition du tsarisme au profit du communisme. Le reste de l’Europe est redessiné selon la volonté des vainqueurs, notamment par le traité de Versailles en 1919, qui signe une paix de convenance et condamne les vaincus à des réparations matérielles. Elles pèseront lourd dans la politique d’un certain Hitler qui n’est pour l’instant qu’un petit caporal inconnu dans une armée vaincue.

Malgré tout, la vie reprend ses droits et l’insouciance  ressort des tiroirs dans laquelle on l’avait rangée pendant quelques années. La mode est de nouveau en accès libre et se permettra quelques évolutions qui n’en seront que plus remarquées.

19 02815 9

Un petite révolution vestimentaire naît pendant la dernière année de la guerre. Bien que destinée aux enfants, elle fera son chemin. Sous le nom charmant de Petit Bateau, cette culotte habille les fillettes avec assez de persuasion pour que l’on renonce définitivement au corset quand elles seront un peu plus grandes. On détourne la célèbre chanson « Maman les P’tits Bateaux sont les culottes qu’il me faut ». Le corset peut être considéré comme un des vaincus de la guerre, il ira en decrescendo dans l’habillement des femmes, la gaine et le porte-jarretelles devenant la norme. Il suscitera néanmoins un intérêt qui ne se démentira jamais auprès des nostalgiques et des fétichistes.

19 02815 10

S’il est un domaine qui aura passablement aidé l’évolution de la mode, c’est bien le sport. Demandant toujours plus, il ne saurait s’encombrer de contraintes vestimentaires empêchant la performance. Bien sûr au temps de la première guerre mondiale, les femmes sont encore assez absentes du sport en général, on les préfère derrière les fourneaux plutôt que de les voir manier le marteau ou pire encore le lancer. Le tennis est une exception, les femmes y brilleront assez tôt. Sa première diva française, Suzanne Langlen (1899-1938), crée la sensation en se présentant sur les courts vêtue d’une jupe plissée cachant à peine les genoux, les jambes habillées de bas blancs, enfin plutôt des longues chaussettes fines s’arrêtant au dessus du genou.  C’est une grande joueuse et championne qui a du mordant et se donne à fond dans son art. Sa jupe virevoltant, laissant entrevoir le haut de ses bas, ne sont pas étrangers à un oeil complaisant de la part des hommes et une source d’inspiration pour les dames, sans toutefois ne susciter que des éloges, il y a des coincés dans tous les domaines, y compris dans le sport. Le tennis sera toujours un lien entre la mode, le sport, et l’élégance.

19 02815 4

L’issue de la guerre amène une autre manière de concevoir l’habillement qui sera la mort à petit feu d’un tas de petits artisans modistes, la confection. Il faut bien relancer l’économie, l’industrialisation de la fabrication du vêtement est une possibilité qui n’échappe pas aux économistes. Des empires se bâtiront dont vous connaissez encore certains noms. Pour faire la nique aux privations de la guerre et oublier ses horreurs, on entre dans une période que l’on surnommera les années folles, tant il est vrai que c’est le mot d’ordre. Nul doute que nous y trouvons les prémices de la société telle que nous la vivons aujourd’hui.

19 02815 5

Le féminisme qui a pris racine au tournant du siècle continue de franchir allègrement les étapes. En 1922, Victor Magritte publie un roman, La Garçonne couronné par un énorme succès de librairie, un million d’exemplaires seront vendus en quelques années. Comme beaucoup de choses qui voient le jour dans un société pas encore très permissive, il fera scandale mais tout le monde a envie de le lire. Il pose un fait saillant de l’époque, la libération de la femme qui demande le doit de faire ce qu’elle a envie. Elles sont les cheveux courts, fument comme des pompiers en employant un porte -cigarette, pratiquent le libertinage, et portent des bas clairs, ce qui correspond à la couleur chair qui deviendra un standard. L’effet  le plus visible de cette teinte, c’est qu’il laisse entrevoir la peau, chose quasi extravagante pour une dame qui veut arborer une tenue dite correcte. Ma mère qui était dans une école de bonnes soeurs dans Italie natale, m’a raconté qu’on les obligeait à porter deux paires de bas pour gommer leur transparence. On ne plaisantait pas avec ce que l’on considérait comme de la décence. Les atours de la garçonne ne s’arrêtent pas au fait de porter des bas clairs, les jupes droites se raccourcissent sensiblement, les jambes sont visibles dans la rue et pas seulement pendant la pratique du tennis. La silhouette générale se résume à deux mots, celle du haricot vert. Si l’on soulève la jupe, on constate que les sous-vêtements sont légers, une combinaison, une culotte. Le porte-jarretelles est présent, mais pas systématique, on utilise encore les jarretières. Le corset cède la place à la gaine pour celles qui sont un peu dodues. Il ne manque plus que le soutien-gorge pour parfaire le tout. Il devient une pièce maîtresse avec une nuance créé par Cadolle, l’aplatisseur. C’est une sorte de brassière qui comprime pour donner une forme qui s’approche de celle que l’on considère alors comme idéale, celle du haricot vert. A l’intérieur la femme adopte le pyjama, qu’elle vole carrément à son mari, dans une version féminine plus décorative. Ce pyjama est une invention récente, milieu du 19 ème siècle. La raison de son existence est surtout pratique, Il est importé par les colons britanniques qui l’utilisent en Inde pour se protéger des moustiques. L’origine du mot vient de l’hindi.

19 02815 6

La garçonne, femme considérée comme légère, ne manquera pas de faire des envieuses chez les femmes appartenant à la bourgeoisie. Ces dernières, femmes bien évidemment du haute tenue morale, feront quand même quelques concessions aux garçonnes en ayant l’air de se la jouer comme une version de 50 nuances de gris version 1925.

Le débarquement des garçonnes dans la société ne manque pas de susciter des commentaires ironiques dans les journaux. Ici en 1923.

19 02815 7

19 02815 1

L’actrice américaine Louise Brooks (1906-1985) fut une icône du style garçonne. Bien que sa carrière se résume essentiellement au cinéma muet, elle est saluée aujourd’hui comme une grande actrice par les plus grands réalisateurs

Quelques faits qui concernent directement les femmes

1920 – La contraception est désormais un délit en France. Il faudra la loi Veil en 1975 pour que l’avortement soit légalisé. Entre les deux, que de drames. Les Etats-Unis donnent le droit de vote aux femmes, c’est une victoire pour elles.

1921 – Instauration aux Etats-Unis d’un centre de conseil pour le contrôle des naissances. Malgré le conservatisme dont on veut bien affubler les Anglais, on diffuse des méthodes de contraception dans les quartier pauvres. Et dire que les Anglais n’ont jamais fait la révolution. Premier concours de Miss America aux Etats-Unis.

1924 – Le bac a un programme commun pour filles et garçons. La philosophie est enfin affaire de femme.

19 02815 8

La guerre peut parfois produire des héros inattendus, sympathiques, et un peu faire oublier la grande connerie des lobotomisés du pouvoir. En 1918 en Lorraine, un caporal américain, Lee Ducan, découvre une femelle berger allemand et ses cinq chiots. Adoptés par l’armée, le seul survivant arrive en Amérique avec Duncan. Il remarque que ce chien a des dons exceptionnels, il est capable de sauter une palissade de 4 mètres. Remarqué par le producteur Darryl Zanuck, il tourne dans une série de westerns muets à partir de 1923 et devient la première star animale du cinéma. Il s’appelait Rintintin. Il est mort à 15 ans en 1932, un âge normal pour un chien. Il est enterré au cimetière des animaux à Asnières. 

A suivre